L'édito politique, France info

Marine Le Pen gagnante à tous les coups

L'info politique ce soir, c'est la validation de la défaite de Marine Le Pen à Hénin Beaumont en juin dernier. Le Conseil Constitutionnel a rendu sa décision ce matin. La présidente du FN crie à la décision politique, ce qui renforce son répertoire anti-système.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

 Le Front National avait
pensé son argumentaire avant même la décision des sages.

Florian Philippot, le vice président du mouvement, le
concède : si l'élection du socialiste Philippe Kemel était invalidée, les
sages auraient dit le droit. Si au contraire, cette élection était validée (c'est
le cas), il s'agit d'une décision politique.

Tous les responsables Front National entonnent le même
refrain : le Conseil Constitutionnel est une instance politique, présidée
par un militant UMP (l'ancien ministre Jean-Louis Debré). Une succursale des
arrangements PS / UMP, dénonce le secrétaire général Steeve Briois.

L'accusation est
rude, mais à la mesure de la déception de Marine Le Pen...

  Même si elle s'y attendait, Marine Le Pen est forcément
déçue. Son échec aux législatives à  Henin Beaumont 
a fortement ralenti son élan électoral, après son élection à la
succession de son père en 201. Une tribune à l'Assemblée l'aurait directement faite entrer
dans les débats institutionnels. Elle aurait parachevé son entreprise de mise
en respectabilité du Front National, longtemps diabolisé par les dérapages de
son père. Car ce que cherche Marine Le Pen, c'est avant tout la respectabilité. Bien sûr, elle reprend les harangues traditionnelles de l'extrême
droite contre l'immigration, et les politiciens corrompus.

Mais Marine Le Pen a toujours pris soin d'assortir ces
attaques virulentes d'une justification très républicaine, se basant sur les
principes de la laïcité, pour fustiger le port du voile, la vente de la viande
hallal, ou la prière dans les rues.

Or pour ajuster pleinement ce costume paré des valeurs
républicaines, il manque à Marine Le Pen une cocarde tricolore de députée. D'autant que ses deux représentants à l'Assemblée, malgré
tous leurs efforts ne parviennent pas à tenir cette posture à sa place.

L'avocat Gilbert Collard se comporte en électron libre.
Marion Maréchal-Le Pen est trop jeune pour avoir autant de coffre que sa tante. Avoir la possibilité de re-tenter sa chance constituait donc
une aubaine très intéressante pour Marine Le Pen.  

Mais cette porte a
été refermée par le Conseil Constitutionnel ce matin. Et Marine Le Pen veut mettre une autre valeur
républicaine à son avantage : la morale en politique...

La présidente du Front National a bien perçu le manque de
crédibilité du personnel politique au pouvoir. Elle veut se faire la championne de la dénonciation de la
corruption, des passe-droits, et des cumulards. Autant dire que la
crise à l'UMP apportait de l'eau à son moulin, et lui laissait entrevoir la
possibilité d'une victoire lors de cette partielle. Mais si elle doit renoncer à cette éventualité, Marine Le
Pen n'a pas tout perdu. En dénonçant une décision politique, Marine Le Pen poursuit
sur le crédo traditionnel de la dénonciation de la bande des 4, et renforce sa
posture d'héroïne de la morale politique. Car ce credo-là va se développer dans les prochains moins. La présidente du Front National va réclamer des référendums
à tout va, et se faire la championne du non cumul. Il n'existe pas d'élus Front National cumulards, alors  que les socialistes et les UMP sont mieux
rodés à cette pratique. La présidente du Front
National n'ignore pas leurs réticences. Elle aura beau jeu de dénoncer leur
frilosité. La décision du Conseil Constitutionnel constitue donc une
déception pour Marine Le Pen, certes, mais une déception prometteuse, Elle renforce
sa posture de candidate seule contre tous. La victimisation, une stratégie bien
rodée par Jean-Marie Le Pen depuis des années.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)