L'édito politique, France info

Manuel Valls présente ce vendredi l'agenda des réformes

Vendredi en fin de matinée après avoir réuni tout son gouvernement pour une forme de conseil des ministres Bis, Manuel Valls dévoilera sa nouvelle feuille de route. C’est son agenda des réformes 2015–2016. Il a déjà commencé à en dévoiler une partie au moment où il présentait la loi Macron. Il va demain compléter sa liste car il a lancé auprès de plusieurs ministres un concours d'idées.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Ce que l’on sait déjà,  c’est qu’au menu de ses réformes. I l y a aura notamment le sujet de préoccupation numéro un du gouvernement :la lutte contre le chômage. Il va donc s’attaquer au fonctionnement de Pôle emploi avec plus de contrôle notamment. 015 sera aussi l’année du dialogue avec les partenaires sociaux pour arriver à une nouvelle convention pour l’assurance chômage et une loi sur le dialogue sociale. Le gouvernement travaillera aussi sur d’autres réformes lourdes… toujours avec les mêmes obsessions : tout faire pour la croissance et,c’est la nouvelle tonalité de la semaine pour l’égalité ou lutter contre les inégalités comme vous voulez.

Un agenda qui permet d'occuper le terrain 

L’agenda des réformes, Manuel Valls en parle depuis le mois de septembre. Et cette semaine, il a été présent tous les jours de la semaine dans les médias depuis dimanche. C’est un bon gros plan de communication où à la fin, vous avez l’impression d’avoir entendu toujours la même chose. C’est normal. C’est pour être sûr que vous en aillez bien entendu parler. Le premier intérêt politique de cet agenda est évident, c’est de cultiver son image de réformateur. Manuel Valls fait bouger la France. Rappelez vous cette phrase : "Valls fait du Valls " avait dit François Hollande avant que la formule ne soit aussi reprise par le Premier ministre en personne. Deuxième raison, Il occupe ainsi le terrain politique.Il reste 2 ans avant 2017 et il faut remplir le calendrier… sinon il risque de le subir, et puis Manuel Valls se donne du temps pour ce faux aveu qu’il a fait dimanche soir : "Je suis là jusqu’à la fin du quinquennat… je ne suis pas un déserteur… "

C’est une formule qu’il a aussi rodé avec le chef de l’État. Une façon de préparer des heures difficiles dès le premier échec électoral de l’année:  les cantonales et avant le congrès du Parti socialiste en juin et les régionales fin 2015, Manuel Valls entretient aussi avec cet agenda des réformes, cette tension qu’il aime tant avec la majorité. Jeudi soir,il a encore raillé la gauche passéiste et demain avec son programme de réformes, il est sûr et certain de remettre deux euros dans la machine à râler de la majorité.

Le 49.3 n'est plus tabou 

Manuel Valls veut aussi noyer la loi Macron dans un feu d’artifice de réformes. Ainsi, les opposants de sa propre majorité à commencer par Martine Aubry, à force de râler seront inaudibles. Ces frondeurs passeront plus aisément pour ceux qui veulent que rien ne change, bref, pour la gauche passéiste. Mais attention. Cette stratégie de la tension de l’overdose ne fonctionne qu’à une seule condition.  Avoir encore une majorité à l’assemblée Nationale. Pour cela, l’utilisation du 49.3. Ce vote qui engage la responsabilité du gouvernement n’est plus tabou du tout. C’est la seule précision que ne donnera pas demain Manuel Valls quand il dévoilera son agenda des réformes.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)