L'édito politique, France info

Mais que fait donc Cécile Duflot ?

L'on a vu Cécile Duflot aux côtés de Jean-Luc Mélenchon lors d'un meeting pour le mouvement grec Syriza. Avec, à leurs côtés, le Parti communiste et des écologistes ancrés à gauche de l'échiquier... L'ancienne ministre brouille les pistes et Olivier Bost se pose la question : que fait donc Cécile Duflot ? Et, plus largement : que sont en train de devenir les écolos ?

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Mais que sont en train de devenir les écolos ? Et, surtout, que fait donc Cécile Duflot ? On a pu voir l'ex-ministre aux côtés de Jean-Luc Mélenchon lors d'un meeting pour le mouvement grec Syriza. Avec, à leurs côtés, le Parti communiste et des écologistes ancrés à gauche de l'échiquier... De quoi brouiller les pistes.

A la gauche du PS et des écologistes

Et pour y voir un peu plus clair, c'est sans doute vers sa propre formation politique qu'il faut se tourner. Avant de nous y attarder, revenons sur l'épisode Syriza, meeting pendant lequel Cécile Duflot s'est affichée tant aux côtés de Jean-Luc Mélenchon, du Parti de Gauche, que du Parti communiste français, du NPA, de quelques frondeurs socialistes. Et, enfin, des écologistes, mais plutôt ancrés à la gauche du mouvement. Une manière, probablement, de préciser à nouveau trsè explicitement où était désormais son positionnement. sur l'échiquier politique: à la gauche du PS et à la gauche de sa famille politique…

En voie de radicalisation  ?

 

Si l'on se tourne d'ailleurs vers Jean-Marie Le Guen, secrétaire d’Etat aux relations avec le Parlement, et donc observateur privilégié de la vie politique, souvent aux premières loges pour observer ce qui se passe à l’Assemblée, celui-ci confie ses craintes : "Cécile Duflot est en voie de radicalisation... Et je m’inquiète de sa manière de se démarquer tant de sa majorité que de son propre groupe ", confie-t-il. Notamment parce qu’il sait qu’une partie des écolos est plutôt…de son avis. Et avec eux, la majorité des parlementaires. Parmi eux : le sénateur Jean-Vincent Placé, les députés Barbara Pompili, François de Rugy ou encore Denis Baupin. 

Certains d’entre eux sont même dans une logique complétement inverse et veulent retourner au gouvernement.  Ces quelques milliers de militants sont d'ailleurs bien plus à gauche que la moyenne des électeurs écolos… Pour autant, les choses, en interne, risquent de tanguer. Notamment d'ici à 2017, c'est à dire le véritable horizon de Cécile Duflot. Les antagonismes paraissent trop forts, trop importants. Au point de se demander si Europe Ecologie / Les Verts ne risquent pas d’éclater d’ici là…

D'autres enjeux ?

 

Il existe par ailleurs d'autres enjeux dans ces affrontements chez les écolos... Et d''abord celui des élections départementales. Jean-Luc Mélenchon ne s’en cache pas : il rêve de multiplier les Grenoble, où Parti de Gauche et écolo dirigent la ville ensemble. un rêve qu'il a aussi les élections cantonales en mars prochain et les régionales de la fin de l’année. C'est certainement le sens qu’il a donné lundi soir à son affiche avec Cécile Duflot… Il devra, pourtant, pour confirmer ce début d'alliance, être adoubé par François de Rugy, le co-président du groupe des députés écologistes qui n'est, lui, absolument pas dans une stratégie d'alliance avec ce dernier. De ses propres mots. Une manière feutrée d'exprimer son profond désaccord avec Cécile Duflot.

Le risque de la division

Et quand Jean-Marie Le Guen évoque la radicalisation de la dissidente, il s’inquiète aussi de ce qu'elle pourrait avoir comme conséquence sur le terrain pour les prochaines échéances, à l'heure où les responsables locaux, poussés par leur base, refuse tout accord avec le PS.  Avec, pour la majorité, le risque d'une division dans plusieurs départements, dans plusieurs régions, voire à la présidentielle. Et, in fine , celui de perdre bien plus que ce que prédisent déjà les sondages…

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)