Cet article date de plus de huit ans.

Les écologistes votent contre une loi du gouvernement sans rompre le pacte majoritaire

écouter (5min)
Pour la première fois dans ce quinquennat, les écologistes ont voté contre un projet de loi du gouvernement. La loi Fioraso a été adoptée avec les seules voix des députés socialistes et radicaux de gauche. Une première, sans conséquences politiques graves, mais qui fait un peu mauvais effet.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (©)

Le vrai signal, Europe-Ecologie-Les-Verts l'a émis ce week-end,
lors de son conseil fédéral. Contrairement à leurs vieilles habitudes, qui font se
multiplier les textes pour nuancer leurs approches et leurs postures, les écologistes
ont paraphé un seul document.

Un seul document avec un message unique et simple, à
destination du chef de la majorité : il faut changer de cap.

Les écolos ne nient pas les avancées obtenues, mais ils
veulent marquer un gros regret : le gouvernement ne se verdit pas
suffisamment à leurs yeux. Et ce constat les inquiète. Cela, c'était le message des écologistes ce week -end. Avec un petit astérisque : les écologistes ne
souhaitent pas quitter le gouvernement.

C'est un peu
paradoxal, non ? ces critiques assez fortes, tout en restant au gouvernement
.

C'est la posture des écologistes dans ce gouvernement. Critiquer, mais sans jamais franchir la ligne. Exister, faire entendre sa différence, mais sur des terrains
et par des intermédiaires choisis. La demande de changement de cap est émise par le mouvement politique,
qui a bien le droit à une certaine autonomie. Il n'est pas le fait d'un ministre écolo qui romprait publiquement
la solidarité gouvernementale (ce qui n'empêche pas les ministres, Cécile
Duflot notamment, de dire ce qu'ils pensent dans le huis clos du conseil). Jusqu'à présent, cette méthode n'a pas ému Jean-Marc Ayrault.
Le Premier ministre estimerait que par ces subtilités, les verts sont dans leur
rôle.

Alors, cet
après-midi, le refus de voter la loi Fioraso, cela fait partie aussi du rôle
des verts ?

Ils font entendre leur différence, mais sans danger pour la
majorité. Les écologistes votent contre un texte, dont ils refusent la
philosophie générale, sous prétexte qu'il ne rompt pas assez avec l'autonomie
des universités façon Sarkozy. Mais ils le précisent aussitôt, il ne s'agit pas de rompre
avec le pacte majoritaire.

"le pacte majoritaire ne veut pas dire voter tous les
textes
" précise Barbara Pompili, la co-présidente du groupe.

Evidemment, dit comme ça, cela parait logique : à quoi
servirait d'être différent si cela signifie voter tout le temps exactement la même
chose. En mettant en avant ce constat d'évidence, les écologistes
parviennent à cultiver une différence notable, mais pas trop dangereuse, pour l'instant
au sein de la majorité.

Un "pour l'instant" qui devrait durer au moins jusqu'à
la constitution des équipes municipales.

 

 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.