L'édito politique, France info

Le Front national est il encore le premier parti de France ?

On a beaucoup dit, à commencer par le Premier ministre lui même dimanche soir peu après 20h que l'extrême droite n'était pas la première formation politique de France à l'issue du premier tour des élections départementales. C’est vrai mais c’est tout de même l’un des grands gagnants de ce scrutin.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Julien Langlet © Christophe Abramovitz -radio France)

Le FN n'a pas réédité ce qu'il avait fait aux dernières éléctions européennes, à savoir terminer en tête de l'élection. Cette deuxième place empêche le Front national de s'imposer comme le leader de l'opposition à la majorité mais aussi d'abuser du slogan "Premier parti de France" placardé sur les murs depuis la victoire du FN aux européennes, un petit accro mais sûrement pas une deception pour la présidente du Front, Marine Le Pen. Un Front national à 25.12% exactement. Un bond de 10 points par rapport aux cantonales de 2011.

C'est tout de même loin d'être une défaite pour les frontistes

C'est même un succès. Alors que le parti frontiste n'avait qu'un conseiller sortant. Aucune implantation. Avec ce score,le FN bat son record, toutes élections confondues avec parfois des candidats totalement inconnus des électeurs. Il progresse par rapport aux dernières européennes. A déjà fait élire quatre binômes dès le premier tour, sera présent dans plus de la moitié des cantons pour le second. il est arrivé en tête dans 43 départements (sur 101) et pourrait bien en remporter au moins un dimanche prochain : le Vaucluse surtout, mais aussi l'Aisne voire le Gard. Remporter un département ce serait exceptionnel a admis hier Marine Le Pen dont l'ambition dans ces départementales c'est surtout d'élargir son maillage territorial.

Et de ce point de vue là le FN est sur le point de réussir

D'abord le parti de Marine Le Pen se renforce dans des zones ou ses scores étaient déjà très élevées. Sur ses terres de prédilection, dans le Sud d'abord comme le Vaucluse tenu par Marion Maréchal-Le Pen où il fait près de 38%. Plus de 38% dans le Var et près de 36% dans le Gard. Dans le Nord aussi et surtout en Picardie où le FN arrive en tête dans les trois départements : l'Aisne, l'Oise et la Somme. Et puis il progresse sensiblement dans des territoires jusqu'ici peu concerné par la poussée du Front comme dans l'Ouest. Enfin dans ces villes conquises aux dernières municipales les scores enregistrés sont parfois impressionnants, comme à Fréjus ou au Pontet avec plus de 50% des voix et des élus dès le premier tour, plus de 44% à Villers-Cotterêts dans l'Aisne également ce qui faisait dire hier à Marine Le Pen que le FN : "L'essayer c'est l'adopter "

À l'arrivée,le FN espère au soir du deuxième tour compter une centaine d'élus dans les assemblées départementales. Pour Marine Le Pen le scénario idéal. Elle qui a fait de l'implantation locale une priorité sur la route de l'Elysée car, selon elle, il n'y a pas de succès présidentiel si il n'y a pas de maillage territorial, un adage qu'elle entend bien confirmer en décembre lors des élections régionales.

(Julien Langlet © Christophe Abramovitz -radio France)