Cet article date de plus d'onze ans.

La cote de popularité de François Hollande continue de plonger

Dans toutes les enquêtes d'opinion, les Français jugent sévèrement le chef de l'Etat. Ce n'est pas une véritable surprise pour François Hollande. Avant le premier tour, pendant la campagne, il nous avait confié qu'il s'attendait à une chute de popularité, comme tout "nouveau" Président. Mais 5 mois après sa victoire, moins d'un Français sur deux fait confiance au socialiste.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min
Franceinfo (Franceinfo)

L'accélération de la crise est l'une des explications de cette chute vertigineuse.

L'opinion ne croit pas aux remèdes de François Hollande, le climat d'austérité désole les ménages qui redoutent en plus une perte de pouvoir d'achat...

Le Président reste de marbre.

Mais cela reste provisoire.Il répète qu'il veut bien être jugé mais dans le temps, sur 5 ans.
D'où le sentiment actuel d'impatience, voire de trahison, qui se répand dans la société. Les marqueurs d'une politique de gauche, sur laquelle François Hollande a été élu, sont quasi-inexistants...
De même, l'opinion estime que le gouvernement accélère la cadence sur des projets de société plutôt que de gérer l'urgence sociale.
La confusion s'installe, le doute perdure.


François Hollande veut du temps.

Cela tombe bien. Il va en avoir pour tenter d'améliorer son image désormais sérieusement dégradée !!

Une image, ça peut, peut-être, se restaurer en mettant tout son poids dans le régalien et c'est, entre autres, assurer la sécurité intérieure, le maintien de l'ordre et la diplomatie.
Pendant que Matignon a les mains dans le cambouis économique, démentant quotidiennement des informations de presse sur tel ou tel projet fiscal, préparant le pays à l'effort, au sacrifice, François Hollande, lui, endosse le costume de premier flic de France et de premier diplomate.Espérant ainsi donner au moins le sentiment, la perception, qu'il est le patron.
On l'a vu dans une cité de Grenoble où il a exprimé une fermeté nationale..
Après l'ONU fin septembre, on va le voir dans plusieurs sommets internationaux tout au long du mois où là ce sera l'autorité internationale qu'il devra montrer.

Le Président mise en partie sur cet agenda à l'étranger pour redorer en partie son blason.

Parmi les visites les plus attendues, celle à Dakar au Sénégal, là où Nicolas Sarkozy en 2007 avait affirmé que l'homme africain n'était pas suffisamment rentré dans l'Histoire.

Sa ministre chargée de la francophonie, Yamina Benguigui, assure que François Hollande s'y rend pour soigner les blessures. C'est sûr, les images d'un Président ferme sur la scène internationale, c'est, à très court terme, utile, mais bien insuffisant sur le long terme.
Même pour y marteler des messages forts, courir à l'étranger n'a jamais permis à un chef de l'Etat de rattraper le temps perdu dans les sondages.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.