EDITO. Plus ou moins discrètement, Brigitte Macron fait de la politique

écouter (3min)
Depuis plusieurs semaines, Brigitte Macron multiplie les interviews dans la presse. En plein mouvement mouvement social, une façon pour la "Première dame" de faire de la politique.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Brigitte Macron lors du lancement de l'opération Pièces jaunes à Nice (Alpes-Maritimes) le 11 janvier 2023 (SEBASTIEN BOTELLA / MAXPPP)

Il se tait, elle parle. Discret sur le front des retraites, Emmanuel Macron se consacre à l’Ukraine. Et c’est son épouse Brigitte qui fait la une des magazines. Cette semaine, ce sont des confidences au Point qui dissèque son influence sur le chef de l’État. Il y a quinze jours, c’était une longue interview face aux lecteurs du Parisien-Aujourd’hui en France. Début décembre, L'Obs avait ouvert le bal. Certes, il y a bien une cause humanitaire, l’opération pièces jaunes, qui justifie que la "Première dame" s’expose depuis un mois. Mais c’est aussi un prétexte pour faire de la politique. 
 
Son positionnement est conservateur, très clairement. Ancienne prof, elle a fait de l’éducation et de l’enfance son thème de prédilection. Mais elle ne se contente pas de sujets consensuels comme la lutte contre le harcèlement ou l’apprentissage de l’orthographe. Elle se hasarde sur des causes plus clivantes : elle rejette sans appel l’écriture inclusive, plaide pour l’interdiction du portable, même au lycée, et surtout prône l’instauration de l’uniforme à l’école. Car elle a porté pendant 15 ans, dit-elle, une "jupette bleu marine et un pull bleu marine" : un excellent souvenir, même si elle souhaiterait aujourd’hui un uniforme un peu moins "tristoune".

Trouble dans la majorité

Avec cette déclaration, l'épouse du président de la République a contredit ouvertement le ministre de l’Éducation nationale Pap Ndiaye, déjà jugé trop discret par certains macronistes. Brigitte Macron a, par ailleurs, vanté le port de l’uniforme à l’école le jour où le Rassemblement national présentait une proposition de loi en ce sens à l’Assemblée.

Elle s’adresse à l’électorat de droite, et surtout les retraités. Brigitte Macron a d’ailleurs défendu publiquement la réforme des retraites. Elle joue de l’ambiguïté du statut de la "Première dame", dépourvu de toute légitimité démocratique. Quand elle parle, fait-elle passer des messages de son époux ? Au sein même de la majorité, beaucoup s’interrogent. Ses apparitions sont aussi supposées donner un peu de rondeur à l’image du chef de l’État. Mais au fond, le souci pour lui, c’est que les sorties de Brigitte Macron l’humanisent et le ringardisent… en même temps.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.