Cet article date de plus de neuf ans.

Prix des carburants : 4 à 6 centimes de moins par litre !

écouter
C'est le gros dossier de cette rentrée : le prix des carburants. Aujourd'hui, jour "J" : le gouvernement va annoncer des mesures de baisse.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

4 à 6 centimes  de baisse par litre, vraisemblablement, comme annoncé tout à l'heure par le Ministre de l'économie, Pierre Moscovici.
Manœuvre très délicate, car le contexte actuel est celui d'un déficit budgétaire très élevé de l'Etat français.
Diminuer fortement les taxes sur le carburant aurait été priver les finances publiques d'une ressource importante : chaque centime d'euro en moins de taxe, par litre de carburant, c'est près de1,5 million d'euros de moins, chaque jour, pour l'Etat.
Ce qui est sorti de la réunion de ce matin, autour du ministre de l'économie, c'est le "montage" de plusieurs mesures pour arriver, concrètement, à ces 4 à 6 cts de moins, à la pompe.
L'effort est partagé entre l'état et les pétroliers.

Sur quels "leviers" le gouvernement pouvat-il agir, pour faire baisser les prix ?

Une petite baisse des taxes, le premier ministre l'a affirmée.
Comme une mesure "modeste et provisoire". Donc : quelques centimes de façon transitoire.
Ce qu'il faut savoir, c'est que la marge de manœuvre sur les taxes est d'autant moins grande aujourd'hui que, contrairement à une idée répandue, la fiscalité sur les carburants a nettement baissé ces dernières années : il y a moins de 20 ans, les taxes représentaient 80% du prix des carburants.
Alors qu'aujourd'hui, elles ne sont plus qu'autour de 50%.
Au-delà de cette petite baisse des taxes, les distributeurs pourraient modérer leurs bénéfices. Mais la marge de manœuvre est faible : ils ne gagnent que 2 à 3 centimes par litre.
Modération demandée, aussi, aux acteurs du raffinage dont les bénéfices ont quasiment doublé depuis le début de l'année.
Demande, également, en direction de Total, le pétrolier français, qui a engrangé 12 milliards de bénéfice en 2011 (2 milliards de plus que l'année précédente).
Et puis, il pourrait y avoir le recours aux réserves stratégiques. Ces milliards de litres stockés dans l'hypothèse d'un conflit.
Injecter quelques millions de barils sur le marché permettrait un petit relâchement des prix.

Tout le monde va être satisfait des mesures qui vont être annoncées ?

Pour les usagers, 4 à 6 centimes en moins, c'est peu, mais c'est déjà ça !
Du côté des écologistes, on risque d'être mécontent.
Toute mesure visant à limiter le prix  des carburants ne peut qu'inciter les usagers de transports individuels à continuer à rouler, et à polluer.
Alors que la planète aurait besoin d'une modération dans nos consommations de carburants issus du pétrole.
Par ailleurs,  tout "pic" ponctuel de prix mis à part  la tendance du coût des carburants ne peut être qu'à la hausse, dans les prochaines dizaines d'années.
Il va falloir s'y habituer !

articles sur le même thème

Vu d'Europe

Franceinfo sélectionne chaque jour des contenus issus de médias audiovisuels publics européens, membres de l’Eurovision. Ces contenus sont publiés en anglais ou en français.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.