L'auto, France info

Il y a 30 ans, au Salon de Paris : Audi 100, le renouveau de l'aérodynamisme

Aujourd'hui, anniversaire de l'Audi 100 de troisième génération. Il y a trente ans, elle faisait sa première apparition publique, au Salon de l'auto de Paris. Elle a marqué l'histoire automobile par son aérodynamique.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

L'aérodynamique en automobile n'est pas née avec elle.
Mais c'est bien cette grande berline, révélée au public au Salon de Paris de 1982, qui l'a remise au goût du jour.
1982, c'était juste après le second choc pétrolier : il s'agissait de réduire au maximum les consommations, de "chasser le gaspi", comme on disait, à l'époque.
Avant elle, il y avait eu l'arrivée soudaine de l'aérodynamique dans la conception des automobiles à une époque où les voitures étaient plutôt dessinées comme des armoires normandes.

L'aérodynamique est née en 1934, aux Etats-Unis

Avec la Chrysler Airflow: subitement, apparaissait une voiture profilée, avec un avant incliné, des phares intégrés à la carrosserie, et non plus saillants comme des yeux de grenouille.
Pour la première fois, on comprenait que des engins qui se déplaçaient avaient tout intérêt à ne pas opposer une trop forte résistance à l'air.

Cette Audi 100, en 1982, a marqué un nouveau tournant

C'était la troisième génération d'Audi 100 ; elle a voulu faire de l'aérodynamique SA priorité.
Ce qui lui a donné des lignes très visiblement fluides. Et, surtout, les ingénieurs ont cherché à intégrer tout ce qui faisait aspérité, à la surface de la carrosserie : plus aucune saillie, rien qui dépasse.
Par exemple, les vitres latérales étaient affleurantes : elles ne rentraient pas dans la carrosserie ; elles étaient au même niveau que les tôles. Et, pour qu'elles puissent monter, et descendre, il y avait des sortes de guides verticaux, dans lesquels coulissaient des ergots plantés dans le verre.
Il y avait d'autres astuces de conception, qui permettait de lisser les surfaces de la voiture, et d'améliorer son profilage: comme un carénage sous la voiture.
Résultat : un coefficient de pénétration dans l'air (le fameux Cx) de 0,30 seulement ! Un record, pour une berline, à l'époque !

"La voiture du jour"

PGO : une petite marque française. Plutôt artisanale. Et qui s'est fait connaître par sa réplique très soignée de la petite Porsche 356, un petit cabriolet mythique, à deux places, qui a lancé la marque Porsche.
Mais cette réalisation, pourtant très bien faite, n'a pas plu à la marque Porsche. La maison allemande a intenté un procès.
Depuis, PGO a modifié le dessin de son petit roadster. Il ne revendique plus de ressemblance absolue avec la Porsche.
Cette année, au Mondial, vous verrez un petit coupé : l'Hemera.
C'est toujours un modèle à deux places. Avec, désormais, un moteur BMW.
Et un profil craquant !

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)