L'auto dimanche, France info

Volvo et les derniers progrès de la sécurité

Depuis les années 70 on a cherché de plus en plus à protéger les occupants d'une voiture des chocs et des accidents. Cela a commencé par les freins à disque pour mieux s'arrêter, la ceinture de sécurité pour retenir les corps et éviter d'être éjecté, les airbags, faciaux, puis latéraux, puis rideaux. Enfin les aides électroniques à la conduite tel l'ABS et l'ESP qui évitent les dérapages et les blocages de roues.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Volvo s'est
toujours fait le chantre de cette sécurité, et en a fait le centre de sa
communication, à tel point que ses concurrents prétendaient que ses voitures
ressemblaient parfois à des chars.

Aujourd'hui, c'est totalement faux et Volvo tient à rester à
la pointe de ce combat pour la protection avec sa dernière berline compacte la
V40. Non seulement la sécurité intérieure mais aussi à l'extérieur, puisque la
principale innovation de la V40, c'est l'airbag piéton. Il n'évite pas le choc
d'une voiture avec une personne, mais il en atténue les conséquences autant que
faire se peut.

L'airbag qui se déploie en quelques millièmes de secondes protège
donc la tête et le torse du piéton, à défaut d'avoir pu épargner les membres
inférieurs. L'airbag piéton est en série sur la Volvo V40, de même qu'un airbag
genoux pour les jambes du conducteur. Même sur la version de base à 25.000 €
quand même. On a droit aussi à un lot de nouveautés électroniques comme le
freinage d'urgence à moins de 50 km/h
pour éviter les petits chocs en ville, dans les embouteillages pour cause
d'inattention. C'est bluffant, mais c'est en option.

Pour le reste, la V40 est une berline de la taille de la
Megane Renault. Très finement dessinée, un peu comme un coupé. Mais elle a des
portes arrière et de la place pour cinq adultes à l'intérieur.

La consommation reste très raisonnable : moins de 4
litres au 100 annoncés avec le diesel Peugeot Ford de 110 chevaux. Et 94 g de
CO2 SVP. Silence, douceur de suspension, à condition de ne pas prendre de trop
grandes roues. Finition intérieure sérieuse, comme du temps où Volvo était
encore suédois. Aujourd'hui la marque est contrôlée par les chinois. Or la
seule influence asiatique que l'on sent, ce sont les feux arrière en griffes de
dragon. Mais c'est une impression toute personnelle.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)