Cet article date de plus d'onze ans.

Le nouveau Santa Fe chez Hyundai

On parle beaucoup des voitures coréennes, ces temps-ci. Or voici un nouveau Santa Fe chez Hyundai. Est-ce qu'il peut faire peur aux marques européennes ? La réponse de Denis Astagneau.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Franceinfo (Franceinfo)

Le Santa Fe existe depuis quelques années chez
Hyundai. C'est un crossover, autrement dit un véhicule polyvalent qui peut
rouler sur le bitume et sur la terre. Jusqu'ici, il passait pour un véhicule
robuste, un peu fruste et pas trop cher. Tout change avec la nouvelle
génération de Santa Fe. Le constructeur coréen montre ses ambitions :
monter vers le premium, le haut de gamme des 4X4 routiers.

Accessible, ça dépend où on met la barre. Le Santa Fe  oscille entre 36.000 € et 47.000 €, c'est une
somme, pratiquement égale à celle des crossover allemands comme l'Audi Q5, le
BMW X3 et le Mercedes GLK.
Il y a sept places à bord du Santa Fe. Mais pas pour tout le monde :
quatre places pour adultes, une petite place arrière centrale et deux strapontins
qui se déplient dans le coffre. Il faut être souple pour s'y glisser. Mais on
n'a pas forcément les genoux sur les oreilles car la banquette du deuxième rang
coulisse. Les matériaux intérieurs sont de bonne qualité, mais pas
cossus : de la laque piano, mais pas de loupe d'orme. Un seul moteur
diesel turbo de 197 chevaux qui rejette 147g de CO2 en boite manuelle mais 178g en boite auto.
Après le 1er
janvier, avec le nouveau barème, ça mettra le malus à 2.000 €. Reste que
la consommation moyenne ne dépasse pas les 10 litres au 100.

La transmission 4X4 est automatique. Autrement dit, le Santa
Fe est une traction avant sur route bitumée et quand les conditions d'adhérence
changent, les roues arrière entrent progressivement en action. Ca
fonctionne bien, mais attention à la garde au sol qui peut frotter dans les
ornières d'un chemin. Ce qui est étonnant, c'est la capacité de l'engin à
absorber les irrégularités de la chaussée et même les terribles gendarmes
couchés qui transforment en gymkhana le moindre parcours urbain. Mais dès que
le parcours devient sinueux, le Santa Fe s'écrase un peu sur ses suspensions.

Les équipements se prennent en pack. Sur le haut de gamme,
tout est de série, phares et essuie glace auto, caméra de recul, alerte de
changement de file, régulateur de vitesse intelligent, GPS et j'en passe. Mais
le Santa Fe n'a qu'un H sur la calandre, pas des anneaux ou une étoile. Et, à
ce prix là, c'est un handicap.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.