Cet article date de plus de neuf ans.

Emploi : l'effet "local"

écouter
En France, les créations d'emplois varient considérablement d'une région à l'autre, et pas seulement parce que certaines ont beaucoup plus d'atouts que d'autres. Il faut aussi compter avec " l'effet local ", comme le révèle une étude qui vient d'être publiée.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (©)

Ce
sont des chiffres presque incroyables
. Entre 2000 et 2009, le nombre
d'emplois a augmenté de 4 % en France en
moyenne
,
mais cette progression a atteint à 56% à Aleria, en Corse, tandis
qu'on observait une baisse de 17 % à Saint-Claude, dans le Jura !

 

Nous
sommes là devant une tendance lourde de l'économie française :
depuis plusieurs décennies maintenant, le ry thme
des créations d'emplois diffère considérablement d'une région
à l'autre.
Elles explosent à Toulouse, près de la Méditerranée
et du littoral atlantique, que ce soit au Pays basque, à Nantes ou
dans le Morbihan. C'est
hélas l'inverse en Lorraine, en Champagne-Ardenne et en
Franche-Comté.

 

Bien
sûr,
dans une période où l'industrie souffre, les territoires
industriels, comme Belfort-Montbéliard, sont désavantagés.
Et
c'est le contraire en Corse, par exemple, où l'économie est
tirée par le tourisme et la construction, deux des secteurs qui se
développent le plus.

 

Mais
le plus étonnant est ailleurs.
Le plus étonnant, c'est qu'au-delà
de ces tendances globales, il existe aussi un effet "local". En clair,
à profil d'activités identique, certaines villes créent beaucoup
plus d'emplois que d'autres,
comme vient de le démontrer une
étude passionnante,
dont vous trouverez les références sur le site de France Info, à
la chronique l'Actu des Régions. (1)

 

Prenons
quelques exemples. Valenciennes, a priori, a beaucoup de handicaps.
Voilà une ville située dans le Nord, éloignée de la mer, avec une
économie très industrielle et une main d'œuvre peu qualifiée.
Et pourtant, voilà un territoire qui connaît une progression
d'emplois supérieure à la moyenne nationale.
A l'inverse,
Millau est l'une des rares villes de la très dynamique région
Midi-Pyrénées à avoir perdu des emplois
sur la période. C'est
que cette petite ville de l'Aveyron spécialisée dans le travail du
cuir n'a pas su réussir sa mutation.

 

La
conclusion est simple : il vaut mieux, évidemment, être situé dans
une région disposant de beaucoup d'atouts. Mais avec les mêmes
caractéristiques, il est possible d'obtenir de bien meilleurs
résultats.
Pour cela, il faut que les chefs d'entreprise, les
chercheurs, les universitaires et bien sûr les élus sachent
travailler ensemble,
définir un projet commun et se mobiliser autour
d'un même objectif. Cela s'appelle donc l'effet local, et cela
fait toute la différence.

 

 

http://www.adcf.org/developpement-economique/Une-nouvelle-etude-de-l-AdCF-sur-Les-entreprises-du-secteur-competitif-dans-les-territoires.-Les-determinants-de-la-croissance-%C2%BB.-1660.html

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.