Cet article date de plus de quatre ans.

Trois questions pour tout savoir sur la Nintendo Switch

De passage en France, Shinya Takahashi et Yoshiaki Koizumi, les concepteurs de la nouvelle console de jeux de la firme nipponne, ont répondu aux questions de franceinfo.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Shinya Takahashi, Yoshiaki Koizumi et la Nintendo Switch (NINTENDO)

Nintendo avait annoncé début janvier à Tokyo le lancement international de sa nouvelle console Switch le 3 mars, un pari pour le pionnier japonais des jeux vidéo qui apparaît à la peine face à son grand rival Sony. De passage en France, Shinya Takahashi et Yoshiaki Koizumi, les concepteurs de la nouvelle console de jeux de la firme nipponne, ont répondu mercrerdi 1er mars aux questions de franceinfo. 

C’est quoi, la Nintendo Switch ?

Après l’échec public de la WiiU, Nintendo mise tout sur une nouvelle machine baptisée la Switch, une console de salon hybride, à la fois casanière et conviviale. Pour Shinya Takahashi, directeur général de la division développement chez Nintendo, “la raison d’être de la Switch, c’est la volonté de concevoir une machine qui soit compatible avec le style de vie de tous. On voulait une console de jeux qui réponde aux attentes des plus jeunes enfants jusqu’aux grands-parents. Et surtout, cette console devait fonctionner avec tous les styles de vie. Il fallait qu’elle soit à la fois jouable sur la télévision du salon ou en voyage. C’est pour cela que nous avons développé de nouvelles manettes, les Joy-Con, qui se détachent de la console qui se sépare en plusieurs éléments afin de donner un esprit convivial et nomade pour jouer partout, tout le temps, avec tout le monde.

Disponible le 3 mars prochain pour environ 300 euros, cette Switch représente tout simplement la première console de salon nomade tout-en-un de l’histoire. Un rêve pour beaucoup de joueurs. Débuter une partie dans son salon, puis continuer le même jeu dans les transports par exemple, sans sacrifier à la qualité visuelle, voilà la promesse et elle est tenue.

Yoshiaki Koizumi directeur général adjoint explique sa conception : “Quand nous concevons une machine, nous allons vers beaucoup de directions et organisons donc beaucoup de réunions pour faire avancer cette réflexion. Par exemple, comment s’amusent les gens aujourd’hui ? Qu'est ce que Nintendo peut leur apporter ? Et nous affinons ainsi notre projet. L’une de nos conclusions pour l’élaboration de la Switch, c’est que les gens veulent jouer n'importe où et n’importe quand avec la plus grande simplicité possible. L’autre piste, c’était de revenir à notre ADN. Nous sommes un commerçant spécialisé dans le divertissement, et le divertissement se pratique à plusieurs. C'est pour cela qu’il y a deux manettes dans l’offre de base. Et il fallait que cette machine soit transportable et que ses contrôleurs que nous avons baptisés les Joy-Con, soient simple à prendre en main. Ils cristallisent tout notre savoir-faire et nous n’avons pas encore tout dit sur leurs capacités."

Qu’a-t-elle de plus que les autres ?

Jamais une machine n’avait poussé le concept de nomadisme à ce point. Cette console de salon cache en réalité un socle où se loge un écran mobile de belle facture. Une fois sorti de son écrin, il devient une console portable et en quelques secondes, la partie interrompue sur grand écran prend vie sur le petit. Bluffant. Mieux encore, aucune déperdition n’est à noter. En prime, on peut jouer à plusieurs n’importe où. Pour Yoshiaki Koizumi, la clé, ce sont les Joy-Con: “Les gens qui aiment déjà le jeu vidéo n’ont aucun problème à prendre en main une manette, ils savent tout de suite sur quel bouton appuyer. Mais ceux qui n’ont jamais joué à un jeu vidéo ont besoin de quelque chose de beaucoup plus intuitif. Bourrés de capteurs en tout genre, ces Joy-Con remplissent ces deux missions car le but de cette console est de plaire à ces deux publics. D’ailleurs, à son lancement, il y aura deux jeux conçus pour les séduire : le nouveau Zelda, dernier né d’une saga aimée par celles et ceux qui apprécient l’aventure au long cours et familier du jeu vidéo, et “1, 2, Switch” qui s'adresse au très grand public, une série de mini-jeux fun même si on n’a pas l’habitude de pratiquer.

Des Joy-Con qui cachent quelques innovations comme un système de vibration à la finesse inégalée. Ces petites manettes permettent de jouer à plusieurs où que l’on soit, favorisant la convivialité, sans oublier un accéléromètre et un gyroscope intégrés pour capturer les mouvements du joueur façon Wii.

La Switch peut-elle faire oublier l’échec relatif de la console WiiU ?

Malgré un catalogue de jeux de qualité, la WiiU ne s’est pas imposée, contrairement à son aîné, la Wii. Pour Yoshiaki Koizumi, “La meilleur réponse, c’est la simplicité. Avec le jeu “1, 2, Switch” par exemple, on veut séduire le plus grand nombre avec une recherche de plaisir immédiat. C’était la ligne directrice. Plus qu’une machine de jeux, c’est un outil de divertissement instantané. C’était notre mission avec cette console.” Shinya Takahashi acquiesce : “Elle n’est ni l’héritière de la WiiU, ni de la 3DS. C’est la nouvelle console de Nintendo. Elle ne prend la place de personne.  Elle est l’héritage du savoir-faire que nous avons accumulé depuis nos premières consoles. Elle comprend une petite partie de chacune de nos productions. Mais elle existe aujourd’hui parce qu’elle est pertinente aujourd’hui. La Switch est une nouvelle voie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Jeux vidéo

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.