Cet article date de plus de quatre ans.

Jeux vidéo. "Super Mario Run", haut la main

écouter (3min)

C'est une première. La mascotte vidéoludique la plus populaire au monde débarque sur smartphones.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Super Mario Run (NINTENDO)

C’est l’une des pierres angulaires de la nouvelle stratégie Nintendo en direction des mobiles

Après l’arrivée sur smartphones et tablettes de son réseau social baptisé Miitomo en février dernier, c’est au tour de son célèbre plombier italien de partir à l’assaut de ce marché lucratif avec Super Mario Run qui, comme son nom l’indique, fait à la fois partie du genre jeu de plateformes comme un Mario classique et du genre runner, une catégorie populaire dont le principe se résume à un héros qui court tout seul à travers des niveaux pétris d'embûches et autres chausse-trappes qu’il faut éviter en tapotant l’écran, des contrôles qui se prêtent parfaitement aux interfaces tactiles des mobiles.

Un jeu d'acrobatie jouable d'une seule main

Et si Super Mario Run s’inspire de l’excellent Rayman Jungle Run d’Ubisoft disponible également sur téléphones nouvelle génération, il va plus loin. Car ce jeu d’acrobatie est jouable d’une seule main. Là où un runner classique oblige généralement le joueur à incliner le smartphone à l’horizontal, Super Mario Run se joue le téléphone obligatoirement à la verticale. Et donc totalement maniable avec l’appareil dans une seule main, la partie peut commencer.

Une prise en main simple qui n’exclut pas une profondeur technique, notamment dans les sauts du plombier à maîtriser d’urgence si l’on veut terminer l’aventure et sauver la Princesse Peach contre l’infâme Bowser. Et comme dans un Mario sur consoles, le timing des sauts demande précision quand les environnements se font exigeants.

Il y a quelque chose du jeu de rythme ici

Du jeu de rythme oui, même si c’est un vrai Super Mario qu’on tient dans la main, avec ses couleurs chatoyantes et ses émotions fortes à chaque coup fourré que cache le décor. Parmi les choses qui fâchent, certains seront déboussolés de voir leur héros moustachu courir automatiquement, quand ils ne seront pas coupés dans leur élan, la faute à une connexion obligatoire au réseau Internet, pas très pratique dans les zones peu couvertes.

D’autres, enfin, seront refroidis par son prix. Si les trois premiers niveaux sont gratuits, il faudra dépenser 10 euros pour débloquer les 24 niveaux uniquement disponibles pour l’instant sur les appareils Apple. Un montant rare sur mobiles mais après tout, il n’est écrit nulle part qu’un jeu sur smartphone doit être gratuit. Et difficile de nier l’évidence, ce Super Mario Run est un bon cru.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.