Une chaîne 100% jardin sur YouTube

écouter (3min)

Un métier : documentariste. Une passion : le jardin. Grâce à Philippe Minot, découvrez des centaines de jardins dans toute la France. 

Article rédigé par
Isabelle Morand - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un des films réalisés en Bretagne chez Isabelle et Patrick du Jardin de Babou. (ISABELLE MORAND / DR / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

Les chaînes françaises de télévision s’intéressent peu au jardinage et aux jardiniers. Alors si vous voulez vous régaler de belles images, écouter des mains vertes vous raconter l’histoire de leur jardin, découvrir des plantes ou des techniques de culture, direction YouTube et la chaîne jardinjardinier.

Antoine Breuvart et ses agapanthes.  (ISABELLE MORAND / DR / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

300 portraits très différents

Les jardins filmés sont normands, limousins, rhône-alpins, aquitains, nordistes… et de toutes tailles. Philippe Minot est le réalisateur des 300 films disponibles sur la chaîne. Et il ne se lasse pas de promener sa caméra ou de faire voler son drone.

"Je n'arrive pas à me lasser de filmer les jardins ! Chaque jardin est unique. Chaque jardinier a sa façon d'aborder le jardin. Le parcours de chaque jardinier est unique.

Pour certains, le jardin est une thérapie. Pour d'autres, la passion remonte à l'enfance. On me parle souvent des grands-parents, de leurs fleurs, de leurs arbres, de leurs potagers. Les souvenirs d'enfance constituent souvent le point de départ d'un nouveau jardin. Aucun de mes films n'a de frère jumeau. Chaque film est une découverte et un autre émerveillement."

"Les souvenirs d'enfance nourrissent bon nombre de jardiniers."

Philippe Minot

à franceinfo

Dans le jardin du pépiniériste Maurice Laurent, dans le Rhône.  (ISABELLE MORAND / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

Le temps des confidences

Philippe Minot travaille seul. Il gère les interviews, la caméra, fait voler son drone. Tout d'abord pour des raisons économiques (les films sont souvent autoproduits) mais aussi pour créer le lien et un climat propice aux confidences.

"Avec plusieurs personnes et de la 'grosse artillerie', tourner serait très compliqué. De nombreux jardiniers acceptent de parler car il s'agit d'un face-à-face, et ils oublient vite la présence de la caméra. Je commence par les interviews, puis je filme le jardin, les ambiances... Je me fonds dans leur décor pour pouvoir les filmer dans leur jardin. Certains jardinent à deux ou quatre mains, d'autres prennent un bouquin ou s'accordent des moments d'observation... J'ai à cœur de montrer comment les jardiniers vivent dans leur paradis..."

Philippe Minot parcourt la France et le monde pour réaliser ses films. (ISABELLE MORAND / DR / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

À venir... 

Philippe Minot rêve de filmer dans cette vie - ou dans une autre ! -  des jardins japonais, anglais, irlandais. En attendant, ses prochains mois seront bien occupés par des jardins dans l’Hexagone. Philippe qui a filmé de tout petits jardins de 50 m2 et d'immenses, comme le parc du château de Versailles, va tourner dans les jardins et arboretums des châteaux de la Loire. De nouveaux films à découvrir bientôt sur jardinjardinier sur YouTube ou via le site jardin-jardinier.com.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.