Cet article date de plus de huit ans.

Replanter son sapin de Noël

écouter
Nombreux sont ceux qui souhaitent replanter leur sapin après les fêtes de fin d'année : avec un peu de précautions, il retrouvera une deuxième vie sans problème dans le jardin.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

Choisissez un arbre cultivé en pot conteneur, conditionné en pot ou en motte, et qui conserve ses racines intactes. Idéalement un sapin nobilis, aux aiguilles légèrement bleutées. Ce sapin pourra entamer une seconde vie si vous prenez un minimum de précautions.

Ainsi, dans la maison, il ne faudra pas l'installer dans une pièce chauffée à plus de 18°, conservez une bonne distance avec les sources de chaleur comme les radiateurs ou la cheminée. Le commerce vous propose parfois des contenants à réserve d'eau pour ce type de sapin.

Après le démontage des garnitures, des décorations et des guirlandes, brumatisez les aiguilles pour éviter leur dessèchement et placez votre arbre dans une pièce non chauffée quelques jours avant de le replanter.

La période située entre l'Epiphanie et la fin mars est favorable à une bonne reprise des résineux en motte. La plantation devra impérativement se faire hors période de gel. Pensez à bien imbiber d'eau la motte du sapin : le trou de plantation devra être d'un volume supérieur à trois fois le volume de la motte. Faites un drainage avec des pierres ou du gravier au fond du trou de plantation.

Pour combler ce trou autour de la motte, utilisez de la terre de bruyère, du terreau de feuille, du compost, ou un terreau spécial conifères du commerce. Surtout, arrosez copieusement après la plantation pour bien faire adhérer le substrat à la motte.

Attention : les sapins de Noël, qu'ils soient épicea ou Nordmann, peuvent atteindre 20m à l'âge adulte. Prenez garde aussi à ne pas l'installer près d'un potager, d'une haie ou d'un massif : même un gazon sera chétif sous l'ombrage d'un conifère. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.