Jardin, France info

Parfum de vacances : salicorne, haricot de mer et salsepareille

Comment conserver ces plantes qui ont le parfum des vacances ? On parle ici de la salicorne, du haricot de mer et de la salsepareille.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(© RF)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

La salicorne est une plante de la famille de l'arroche et de la betterave. Elle pousse à l'état sauvage dans les vases salées du littoral. Les tiges de la plante dépourvues de feuilles charnues ressemblent à de petites cornes ont un goût salé.

Récoltées dans la nature, mises en saumure ou en vinaigre, elles constituent un condiment agréable pour accompagner les poissons et les fruits de mer. On peut s'en procurer en saison, fraîchement cueillies, sur les marchés et dans certaines poissonneries. Sa culture est difficile voire impossible hors de milieux maritimes. 

La criste marine appelée haricot de mer ou parfois salicorne en herbe est une plante vivace, charnue, qui pousse dans les rochers aux abords de la mer, des falaises, des murets et parfois sur les digues. Elle possède des fleurs jaunes-verdâtres qui ressemblent à celles de la carotte.

La plante, confite dans du vinaigre, est parfois utilisée pour la préparation de pickles. Les jeunes pousses peuvent être servies cuites comme des haricots verts avec des poissons blancs, mais également en omelette ou en salade.Les graines récoltées dans la nature se ressèment facilement en mars-avril dans un terreau léger et sableux. Mais la conservation de la plante au jardin familial est plus délicate. La criste marine craint en effet les terres lourdes, les excès d'humidité et le gel.

Quant à la salsepareille, la plante préférée des petits schtroumpfs bleus, je vous déconseille d'essayer de l'acclimater dans votre jardin, elle peut se montrer très envahissante. Cette plante épineuse, très fréquente dans la région méditerranéenne est assez facile du culture par semis, bouture, marcotte ou division de souche. Elle craint cependant les hivers rigoureux et humides. 

La salsepareille que les botanistes appellent smilax, autrefois utilisée dans la pharmacopée traditionnelle, a plusieurs cousines, parfois cultivées par les pépiniéristes collectionneurs. Certaines salsepareilles originaires d’Amérique ont des fructifications bleues, rouges ou noires et parfois des feuilles panachées. Elles sont du plus bel effet au jardin.

Le livre :

"Baies et fruits sauvages de France métropolitaine" d'Alain et Marie-Jeanne Génevé, qui vient de paraître.400 photos pour découvrir toutes les espèces végétales à fruits charnus de notre pays. Aux éditions du Rouergue.   

(© RF)