Jardin, France info

Les plantes grimpantes et leurs tactiques de croissance

Claude Bureaux, notre maître jardinier s'intéresse aujourd'hui à la vie des plantes grimpantes. Celles qui se fixent sur un mur, et celles qui ne peuvent grimper qu'à l'aide de tuteurs.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(© Fotolia)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

 Valentine qui habite Versailles nous demande "pourquoi certaines plantes grimpantes grimpent toutes seules, et que d’autres ont besoin d’être palissées".

 

Valentine, les jardiniers nomment plantes grimpantes des plantes qui se développent naturellement en hauteur, si elles trouvent un support pour s’accrocher.

Les plantes dites grimpantes à palisser, grimpent passivement sans organes spécialisés

Elles s’accrochent souvent à l’aide de poils rudes ou par des aiguilles.

Les rosiers grimpants, variétés produisant des tiges très vigoureuses, seraient incapables de grimper sans l’action de palissage du jardinier.

D’autres plantes grimpent activement

C’est le cas du lierre qui s’accroche par des crampons.

Ces racines adventives se fixent sur des supports nus comme les murs et les arbres, s’insinuent dans les fissures, deviennent des crampons très solides. Mais aussi très dégradantes. A la longue certaines plantes grimpantes s’aident à grimper par des vrilles qui sont des feuilles ou des tiges modifiées.

Les vrilles sont incapables de se fixer sur un mur nu : les jardiniers posent des caillebotis, des supports en fil de fer ou des tuteurs.

Les vrilles de la vigne vierge forment à leur extrémité des petits renflements enduits d’une substance collante. Lorsque ceux-ci rentrent en contact avec une surface, ils s’y collent et prennent la forme de disques ventouses plats.

Le pétiole de la clématite et l’extrémité foliaire des pois jouent un rôle de vrilles.

Les vrilles sont souvent des tiges qui ne peuvent se fixer sur une surface nue

Elles ont besoin de l’aide du jardinier pour s’accrocher comme le chèvrefeuille.

Les plantes dites volubiles comme les volubilis, le liseron, la glycine les passiflores et les haricots, s’enroulent autour du support. Certaines dans le sens des aiguilles d’une montre, comme le chèvrefeuille, d’autres dans le sens inverse, comme le haricot.

En règle générale, il faudra tout de même intervenir afin d’attacher, de palisser, et de surveiller le développement des plantes grimpantes, parfois envahissantes.

Il faut également savoir que certaines plantes ligneuses exigent un palissage, comme le kiwi, le jasmin d’hiver ou l’hortensia petiolaris.

 

De nombreuses plantes annuelles ou vivaces, naturellement rampantes sont cultivées comme grimpantes. Comme les courges d’ornement, les coloquintes et les pois de senteur.

D’après une récente enquête, les plantes dites grimpantes préférées des jardiniers français, sont les clématites, les rosiers grimpants, les rosiers lianes, les glycines, les passiflores et le jasmin officinal.

(© Fotolia)