Jardin, France info

Le lis des steppes a du panache

Cette magnifique plante bulbeuse, que les jardiniers nomment "aiguille", "chandelle du désert" ou parfois "quenouille de Cléopâtre", est désignée par les botanistes sous le nom d'eremurus.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Le lis des steppes réussi très bien en pot, mais son utilisation est idéale au jardin © Georgianna Lane/Garden Photo World/Corbis)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Plante vivace et robuste, elle est parfaitement rustique, mais elle redoute l'humidité stagnante. Elle exige un sol bien drainé, sinon le bulbe pourrit en hiver. L'eremurus apprécie les situations ensoleillées, à l'abri des grands vents qui peuvent abîmer leur hampe florale. Celles-ci peuvent atteindre 3m de haut, selon les espèces ou les variétés.

La plantation en automne doit se faire de préférence au sud, au pied d'un mur.

Il faut savoir que les eremurus disparaissent en terre une partie de l'année. Je vous recommande donc de les accompagner par des plantes annuelles ou vivaces à racines superficielles comme : le thym, la lavande, le gypsophile, la potentille ou le phlox.

Les hampes florales de l'eremurus sont utilisées en art floral. Coupées, elles se conservent très bien en vase, si on pense à changer l'eau régulièrement.

Vous pourrez vous procurer facilement cette plante dans les fêtes des plantes d'automne ou auprès des horticulteurs et des pépiniéristes spécialisés.

Il vous est parfois proposé des eremurus à grand développement comme l'eremurus de l'Himalaya ou celui du Turkestan, que l'on nomme robustus. Mais pour le jardin familial, je vous conseille cependant des espèces dont la hampe florale varie entre 70 et 1m50 de hauteur. Il en existe de nombreux hybrides aux fleurs jaunes, roses, blanches, orangées ou saumonées.

En fin de saison, vous pourrez multiplier cette imposante bulbeuse par division des touffes en conservant bien le bourgeon central muni de ses racines charnues, disposées en étoile. Prudence à la transplantation, elles sont fragiles !

Quelques lectures jardinières pour les vacances

• Le Guide de la nature en ville, de Guillaume Essatier, aux éditions Belin

Les trottoirs, les murs, les toits, les parcs et jardins de nos villes abritent une faune et une flore bien plus riche qu'on ne l'imagine. En ville, la nature est partout. Avec ce guide, laissez-vous surprendre...

La Pharmacopée naturelle, de Simone Bouragrel aux éditions Alternatives

Un ouvrage pour découvir les multiples vertus des plantes médicinales, qui va bien au-delà des recettes dites "de bonnes femmes"…

(Le lis des steppes réussi très bien en pot, mais son utilisation est idéale au jardin © Georgianna Lane/Garden Photo World/Corbis)