Jardin. "Grâce au jardin", un projet agro-écologique lancé par l'ancien curé de Dreux

écouter (3min)

Le père Jean-Marie Lioult a délaissé ses paroissiens drouais pour se lancer dans l'implantation sur sept hectares de plusieurs jardins et chantiers. Ils seront placés sous le double signe de la pédagogie et du lien social. 

Article rédigé par
Isabelle Morand - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le plan du projet "Grâce au jardin". (ISABELLE MORAND / GRACE AU JARDIN / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

Un terrain de 7 hectares et demi, un chantier d’insertion, une forêt comestible, quatre jardins en devenir, et un prêtre à la barre, Jean-Marie Lioult.

Prendre soin du vivant

Confiné l’an passé comme tout le monde, l’ancien curé de Dreux (il a célébré sa dernière messe en juin dernier), en a profité pour réfléchir et relire "Laudato si'", l’encyclique du pape François sur l’écologie intégrale (2015). 

Et c'est ainsi qu'est né le projet : "J'ai eu du temps pour réfléchir, et prendre conscience que j'avais le désir de vivre quelque chose de différent. En travaillant sur le texte, je me suis dit qu'il ne faut pas rester sur des paroles. Il faut vraiment s'engager dans la transition de l'écologie, prendre soin de la planète et des gens. Prendre soin du vivant."

"Rien ne sert d'attendre. Nous devons être actifs et acteurs du changement."

Père Jean-Marie Lioult

Convaincre et agir

Titulaire d’un bac agricole et d’un BTS horticulture-paysage, le père Lioult a baptisé son projet "Grâce au jardin". Il a d’abord réuni un petit groupe de travail ; il est parti dossier sous le bras voir et convaincre son évêque. Les réunions se sont enchaînées avec des associations locales, des représentants de la grande agglomération de Dreux et la Maire de Tremblay-les-Villages.

C’est sur le territoire de cette commune que se trouvent en effet les 7 hectares à aménager. Pour l’instant, c’est encore la Beauce... dans ce qu’elle a d’extra-plat, mais les travaux démarrent le mois prochain par le creusement d’une mare et, en novembre, par la plantation des premiers arbres de la future forêt comestible.

De gauche à droite : Thierry Loyer, membre de l'association, le père Jean-Marie Lioult, initiateur du projet... et le tout premier arbre planté, un prunier !  (ISABELLE MORAND / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

Quatre jardins différents

Le plan d'aménagement des 7 hectares est fin prêt...

- Le jardin de proximité : "Les Restos du cœur seront nos partenaires. L'encadrement sera assuré par des bénévoles de l'association. Le principe est simple : des bénéficiaires viennent cultiver, ils consomment les légumes qu'ils cultivent. Les excédents sont donnés aux Restos pour être distribués aux personnes nécessiteuses."

- Le chantier d'insertion : "C'est un projet mené avec l'association G.R.A.C.E.S (Gestion Regroupement Administration Contrat Emploi) qui agit depuis longtemps sur Dreux. Ce sera leur premier chantier d'insertion. Nous pensons pouvoir accueillir 20 personnes maximum. Chacune restera 6 mois et travaillera 24 heures par semaine."

-Le jardin maraîcher : "Nous voulons permettre à un jeune formé en maraîchage de s'installer. Il ou elle doit être formé(e) aux techniques de culture en sol vivant."

-La forêt comestible : "Elle fera partie du jardin expérimental dont je m'occuperai plus particulièrement. La forêt sera implantée environ sur 2 hectares et constituée de 500 espèces différentes."

Appel et soutien

Grâce au jardin cherche encore son futur maraîcher. Vous pouvez postuler sur le site grâce-aujardin.fr

Côté soutien, vous pouvez faire un don financier, déductible des impôts mais également apporter une aide matérielle en donnant du matériel de jardinage. De la binette à la grelinette en passant par la brouette, tous les outils seront les bienvenus ! 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Jardin

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.