Info santé, France info

L’hibernation thérapeutique pour soigner les grands blessés

Une équipe de chirurgiens américains va lancer une expérience sans précédents pour ramener à la vie de très grands blessés : l’hibernation thérapeutique.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Les urgences d'un hopital (photo d'illustration)© Maxppp)

C’est vraiment une expérience qui repousse les frontières de la vie et de la mort , une expérience qui est sur le point de démarrer dans deux hôpitaux américains, en lien avec les  universités de Pittsburg et du Maryland.

Imaginez : un patient arrive aux urgences dans un état critique, il est victime de multiples plaies (par balles ou par arme blanche), et a déjà perdu beaucoup de sang. Les médecins décident de le refroidir. L’objectif est d’atteindre une température corporelle de 10°C.

L’objectif du refroidissement est de mettre l’organisme dans une sorte d’état "suspendu" pendant lequel il n’a pratiquement plus besoins d’oxygène pour fonctionner. L’action du froid limite la production (par l’organisme en manque d’oxygène ) de molécules toxiques qui vont s’attaquer à ses propres cellules et en particulier aux neurones. Donc, mettre le patient en hypothermie extrême, donne un peu plus de temps aux urgentistes pour traiter ses plaies avant que son cerveau ne soit irrémédiablement endommagé. 

Pour atteindre rapidement cet état d'hypothermie, on remplace le sang par une solution saline très froide. Concrètement : les artères coronaires de chaque patient seront fermées avec une pince et les médecins injectecteront la solution saline dans l’aorte, l’artère qui distribue le sang dans le corps. Les chirurgiens prévoient que le seuil de 10°C de température corporelle sera atteint au bout d’environ 15 minutes. À ce stade, le patient ne montrera plus aucun signe d’activité cardiaque, sa respiration ne sera plus assurée et son cerveau, comme le reste de son corps, seront normalement protéger des dégâts que provoque le manque d’oxygène grâce à l’action du froid.

Après l'hypothermie

Le patient va rester à peu près deux heures en hypothermie. Ensuite, les médecins vont relancer son organisme : le cœur, les poumons, le cerveau…. et le faire revenir à la bonne température. Pour cela, les chirurgiens vont faire l’opération inverse, ils vont re-perfuser le patient avec du sang à température normale.

Une expérience sous contrôle

Cette expérience a été validée par les autorités sanitaires. La FDA, l’agence du médicament américaine, a donné son aval pour un premier essai sur dix patients. 

Les bilans médicaux de ces dix patients seront comparés à ceux de dix autres, admis dans les mêmes conditions mais qui n’auront pas bénéficié de la technique de l’hypothermie extrême. Il faut quand même préciser que cette expérience, très encadrée, ne s’adressera qu’à des patients dans un état extrêmement grave, pour ne pas dire désespéré. Cet essai est financé en partie par l’armée américaine.

(Les urgences d'un hopital (photo d'illustration)© Maxppp)