Cet article date de plus de huit ans.

L'assistance sexuelle pour les handicapés

écouter (4min)
Faut-il autoriser l'assistance sexuelle pour les personnes lourdement handicapées ? Une association vient d'envoyer à ce sujet une lettre ouverte au président de la République. Et le débat va être relancé mercredi à l'occasion de la sortie en France du film américain : "The sessions".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

En France plusieurs millions de personnes sont handicapées.
Parmi elles, certaines ne peuvent pas bouger ou se déplacer sans l'aide de
quelqu'un.  Comment, dans ces conditions,
avoir une relation intime ? Comment vivre sa sexualité ? Cette question délicate
est abordée avec beaucoup de finesse dans le film réalisé par Ben Lewin et
inspiré d'une histoire vraie. Son titre : The sessions , en français Les séances . Il s'agit
de séances d'accompagnement sexuel : par une professionnelle qui n'est pas
une prostituée.

"La France ne veut pas autoriser la profession d'assistant ou
d'assistante sexuelle, pourtant reconnue dans de nombreux pays. La principale
objection faite par les opposants à cette idée est l'assimilation à la
prostitution
", explique le Dr Philippe Brenot, psychiatre et sexologue. "Or,
l'assistance sexuelle existe pourtant dans de nombreux pays, aux Etats-Unis
(depuis déjà 1980) et dans la plupart des pays du Nord de l'Europe. Une
profession reconnue aussi en Belgique, Allemagne, Autriche, Suisse et Italie
."

La sexualité des handicapés

The Sessions ,
dépeint la souffrance de Mark, un homme de 38 ans qui est privé de sexualité
car il est lourdement handicapé. D'ailleurs la sexualité des personnes
tétraplégiques est souvent niée.

Même si les membres sont paralysés, la sexualité existe et
les besoins sexuels aussi. Si le handicap survient avec un accident, le patient
fait souvent une comparaison avec sa vie d'avant. Beaucoup éprouvent de la
frustration, de la souffrance, de la perte d'estime de soi.

L'assistance sexuelle

L'assistante sexuelle est un métier difficile à comprendre, pour
les Français. Il est à mi-chemin entre psychologue, coach et partenaire sexuel
tarifé. Certaines pratiques sont autorisées, d'autres pas et le nombre de
séances limités.

"L'assistance sexuelle n'est qu'une étape qui permet de se reconstruire,
ou de découvrir sa sexualité, afin de mener ensuite sa propre vie intime
", explique
le Dr Philippe Brenot.

Pour le Dr Brenot, la France devrait reconnaître les
assistants sexuels. Ce serait une formation pluridisciplinaire avec de la
kinésithérapie, de la sexologie et de la psychologie. "A l'heure où la
France reconnaît le mariage pour tous, elle devrait reconnaître la sexualité
pour tous, y compris pour les personnes lourdement handicapées.
"

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.