Info santé, France info

Et si on parlait de sexe à nos ados ? Les propositions du professeur Israël Nisand

le Pr Israël Nisand vient de remettre son rapport sur la contraception et l'avortement des jeunes filles à Jeannette Bougrab, secrétaire d’État chargée de la jeunesse et de la vie associative. Un rapport très attendu.

(©)

En effet, le nombre d’avortements chez les adolescentes reste très
élevé. En 2010, en France, 18.000 mineures étaient enceintes. 13.500 avaient
recours à l'IVG.

Le Pr Israël
Nisand, chef du service de gynécologie-obstétrique
du CHU de Strasbourg, nous a consacré quelques instants avant la remise
officielle de son rapport. Rapport qui est aussi un livre publié 
aux Editions Odile Jacob et qui s’intitule : Et si on parlait de
sexe à nos ados
. Pour  le professeur,  grand spécialiste de la contraception, l'une des solutions préconiséees pour prévenir ces grossesses non-désirées, c’est de parler de
sexualité aux adolescents.

En 2010, en France, 18.000 mineures étaient enceintes. 13.500 ont eu 
recours à l'IVG.

Pour le professeur Nisand, bien que la loi prévoie 3 heures d’éducation
sexuelle pour chaque classe d’âge dans les collèges et lycées, elle n'est nulle part
appliquée. Comme il n’y a pas d’éducation à la sexualité, les garçons vont
chercher les infos où ils peuvent : dans la pornographie. Or, Les jeunes
filles sont alors entraînées par les garçons.

Il y a un vrai lien entre la consommation précoce de
pornographie, la précocité des rapports sexuels, l’existence de rapports sexuels
non consentis (car beaucoup de viols sont mis en scène dans la pornographie)
et les grossesses non désirées.

(©)