Victor Bergeon nous emmène dans ses "Voyages au bout de l’effort" sur Canal+ : "J’avais besoin de me prouver des choses"

écouter (8min)

Le jeune homme de 29 ans, guéri d’une tuberculose, s’est lancé une série de défis extrêmes, sous l’œil d’une caméra qui suit au quotidien ses exploits.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Victor Bergeon, réalisateur du documentaire "Voyages au bout de l'effort". (CAPTURE D'ÉCRAN)

À 21 ans, Victor Bergeon était un étudiant pas tellement sportif, plutôt fêtard. Lorsqu’il tombe malade, victime d’une tuberculose, il se fait la promesse de réaliser ses rêves s’il s’en sort : "Mes rêves étaient très liés à mon corps. Parce que c'est mon corps que j'ai failli perdre à ce moment-là, j’avais l’impression qu’il me lâchait.", confie-t-il.

"Il y avait une grosse frustration de ma part, même une vexation. J‘ai eu ensuite envie de me prouver des choses, de me sentir à nouveau capable. C’est comme ça qu’est née la série-documentaire."

Victor Bergeon

sur franceinfo

Voyages au bout de l’effort se compose de quatre épisodes, dont le premier est diffusé jeudi 17 février à 22h40 sur Canal+.

On suit Victor dans la préparation de ses défis extrêmes : plonger dans la glace, faire de la chute libre, survivre seul en forêt, courir l’Iron Man (l’un des triathlons les plus difficiles au monde). À chaque étape, il fait appel à un expert, qu’il soit athlète, médecin, explorateur ou coach. C’est d’ailleurs un "coach de glace" qu’il rencontre dans le premier volet et avec qui il part en stage dans les Pyrénées pour se confronter au froid extrême : "Je suis pourtant un grand frileux ! Le coach, Jean-François Tual, est un mix entre un G.O. du Club Med et un gourou. Pendant le stage, on était en slip de bain dans la neige pendant une semaine. Là, j'ai appris où étaient les limites de mon corps et de ma tête surtout." déclare Victor Bergeon.

Malgré son vertige, Victor Bergeon fait ensuite du parcours sur les toits de Paris, joue les funambules. Jamais il ne renonce. Grâce au soutien de son entourage. "C’était finalement une thérapie. Et je crois qu’elle a fonctionné. Mon corps m'a prouvé qu'il suivait, qu’il s'adaptait dans des situations très extrêmes parfois. Mon mental aussi répondait présent.", dit-il.

Le tournage s’est terminé fin 2021. Difficile d’imaginer Victor Bergeon revenir à une vie normale : "Je suis en écriture pour continuer à vivre mes rêves parce que j'ai un peu de mal à l'idée de repartir sur le métier de réceptionniste d'hôtel, ce que je faisais avant. J'ai envie de continuer à vivre des trucs intenses et à rencontrer des gens de ouf !" Il aimerait une deuxième saison de ses Voyages au bout de l’effort mais "S’il n'y a pas de caméra, je les ferai dans mon coin." conclut-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.