Info médias, France info

Un accord historique pour France Télévisions

En obtenant la signature des 4 syndicats représentatifs de France télévisions, CGT, FO, CFDT et SNJ, la direction du groupe réussit au bout de 4 ans à imposer son nouvel accord collectif du service public et donne ainsi un signal fort de sa capacité à se moderniser.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Arraché de haute lutte, cet accord est historique car il est
le premier parmi toutes les entreprises de l'audiovisuel public où l'on
constate la difficulté des directions et des syndicats à se mettre d'accord. Il
aura fallu 4 ans pour obtenir un consensus, 4 ans qui permettent d'aboutir
aujourd'hui à un texte qui convient vraiment à tout le monde.

Pour la direction de France télévisions, il y a d'abord le
passage à l'entreprise unique qui va lui permettre une gestion plus facile des
personnels, sans distinction de chaîne ou d'entreprise d'origine.

La flexibilité introduite

L'accord prévoit également une introduction de la
flexibilité pour les personnels techniques et va permettre également un mode de
calcul plus favorable des charges horaires de tous les personnels.

Le paritarisme est également plus limité ce qui va donner à la
direction plus de marges de manœuvre et éviter certains blocages syndicaux
redoutés. Un dernier point sur lequel on comprend que les syndicats ont fait un
effort pour obtenir d'autres concessions de la partie adverse.

Cela passe notamment par l'harmonisation des statuts des personnels
techniques et administratifs. Adossé sur un texte déjà voté en 2011, l'accord
spécifique journalistes, les autres personnels en sont plutôt bénéficiaires même
s'ils n'obtiennent pas un statut aussi favorable.

La déontologie inscrite dans le texte

Le SNJ se félicite particulièrement d'avoir obtenu l'inscription
dans le texte des particularités de la déontologie journalistique dans le
chapitre sur les principes professionnels et la charte d'éthique.

Enfin, pour la direction, c'est aussi un signal fort envoyé
au gouvernement de sa capacité à faire le consensus dans l'entreprise alors que
la tutelle met en doute l'efficacité de Rémy Pflimlin. C'est donc bel et bien
une victoire pour France télévisions.

(©)