Romane Bohringer sur la série "L'Amour flou" : "C'est le truc le plus passionnant, exténuant et fou que j'ai fait de toute ma vie"

écouter (8min)

La comédienne a co-écrit et réalisé cette suite du film du même nom en 2018 diffusée sur Canal+.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Romane Bohringer, comédienne et réalisatrice de "L'Amour flou". (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Vous les avez aimés au cinéma ? Vous les adorerez sans doute à la télévision. Après L'Amour flou le film, en 2018, qui avait séduit près de 200 000 personnes au cinéma – pour un budget de 400 000 euros seulement, ce qui en fait un des films les plus rentables de ces dernières années – voici la mini-série, neuf épisodes de 30 minutes diffusés par Canal+ depuis lundi 8 novembre.

L'histoire est celle de Romane Bohringer et Philippe Rebbot, tous les deux comédiens, parents de deux enfants, qui se séparent mais choisir de rester vivre dans le même immeuble, avec deux appartements face à face, pour le bien de leur progéniture. "Au départ, on avait l’impression que le film était un objet unique, explique Romane Bohringer. C’est Canal+ – et je les remercie tellement – qui est revenu vers nous trois ans après le film et nous a proposé une suite à cette histoire. C’est vrai que quand on a présenté le film, les gens nous demandaient tout le temps : il se passe quoi après ? Le film se termine quand on emménage dans le 'sépartement'. Je précise qu’on peut voir la série sans avoir vu le film puisqu’on raconte comment ce couple s’est retrouvé là. On voulait raconter comme c’est de vivre comme ça."

"On s’est inventé des personnages mais tout est vrai, tout est là, c’est notre histoire avec Philippe, c'est nos enfants, c'est tourné chez nous, c'est nos parents, nos voisins… C’est un objet tellement singulier pour nous.""

Romane Bohringer

à franceinfo

Cette histoire de L'Amour flou, c'est –beaucoup– celle de Romane Bohringer et Philippe Rebbot. Qu'est-ce qui est vrai, qu'est-ce qui est de l'ordre de la fiction ? La réponse est entre les deux. "Je suis très émue par le fait qu’on ait réussi à mener cette aventure folle jusqu'à la télévision… Même là, quand j’entends mes enfants dans la bande annonce, j’ai envie de pleurer. Tout est vrai en fait. On ne voulait pas faire un journal intime ou un documentaire, on adore la fiction, l’épique, le romanesque. On a tout transformé, comme si on se rêvait en doubles de fiction."

Avec pas moins de 80 personnages, dont les propres pères, frères, amis, et voisins du couple, sans oublier des apparitions comme Clémentine Autain, la galerie est ample et assez folle. Les deux principaux étant les deux nouveaux amoureux de l'ex-couple, joués par Eric Caravaca et Monica Bellucci. "Ils incarnent vraiment le monde d’après, dans la série. Le fait que ces rôles soient endossés par des acteurs aussi iconiques, ça me permet de m’assumer comme réalisatrice."

Comédienne, à l'écriture, et donc réalisatrice, Romane Bohringer a dû cette fois apprendre les codes du format série.  "Je sors d’un an et demi de folie, écriture, tournage, montage... Le film a été fait de manière beaucoup plus spontanée. Là, il fallait ranger notre bordel dans un format spécial. J’ai appris l’écriture d’une série, avec beaucoup de retours de mes producteurs, j’ai travaillé comme une damnée. C’est le truc le plus passionnant et fou et exténuant que j’ai fait de ma vie. Mon angoisse pendant toute la fabrication, jusqu’au montage, c’était que la fragilité, le côté accidentel de notre mode de fabrication du le film, puisse quand même advenir sur la série malgré la grammaire très précise de l’écriture, le montage de 30 minutes. J’étais angoissée jusqu’à la dernière minute : est-ce qu’il subsistera de la vraie vie malgré tout ?"

Rose et Raoul, les deux enfants, jouent donc leur propre rôle. Au début, on se dit que ce "déballage" public doit un peu les gêner, mais ils donnent l'impression de s'éclater. "On a emmené nos enfants là-dedans un peu malgré eux, on est un peu fous d’avoir fait ça mais c’est beaucoup d’amour. C’est un témoignage inouï de ce qu’a été notre rêve de famille, dit Romane Bohringer, Ça les expose un peu, c’est vrai… Eux ont un rapport très sain à ça, ils partent avec ça comme si c’était leur objet familial, ils ont l’impression que c’est notre confection artisanale. C’est une responsabilité qu’on a prise, mais ce n’est que de l’amour."

"L'Amour Flou", neuf épisodes de 30 minutes, à raison de trois épisodes chaque lundi soir à 21h, et la saison en intégralité sur MyCanal

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.