"On a plein d'idées !" : selon Michel Field, la chaîne Culturebox "est désormais installée dans le paysage" audiovisuel

écouter (8min)

Le directeur du pôle culture de France Télévisions célèbre le premier anniversaire de la chaîne qui devait être éphémère.

Article rédigé par
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Michel Field, irecteur du pôle culture de France Télévisions; (CAPTURE D'ÉCRAN)

Le 1er février 2021 naissait Culturebox sur le canal 19 de la TNT. Une chaîne montée en quelques jours et destinée à soutenir la culture et le spectacle vivant alors que les salles étaient fermées en raison de la crise sanitaire. L’expérience n’était prévue que pour trois mois. Jusqu’à un tweet d’Emmanuel Macron en mai 2021 pour annoncer la prolongation de l’aventure, mais sur un autre canal, le 14, avec France 4 en journée et Culturebox à partir de 20 heures. 

"J'ai cru halluciner ! On avait quelques rumeurs. Je crois que la crise a montré que nos mobilisations de toutes nos antennes ont permis à la population, à la fois avec l'école à la maison de continuer d'offrir la continuité pédagogique aux enfants, et nous." , raconte Michel Field, le directeur du pôle culture de France Télévisions.

"Nous, on a montré que le spectacle était toujours vivant alors que les salles étaient fermées. Si ça, ce n'est pas de l'utilité sociale, il n'y en a pas !"

Michel Field

sur franceinfo


Après un an d’existence et alors que les concerts, les pièces de théâtre et autres ballets ont repris, Culturebox, qui a diffusé 2 000 heures de spectacles vivants et reçus 1 600 artistes dans Culturebox l’émission présentée par Daphné Burki et Raphael Yem, est-elle encore indispensable ? 

"Oui, parce que le milieu du spectacle est encore bien traumatisé par ce qu'il s'est passé. Et puis, ça y est, on est installé dans le paysage, donc ce ne sera pas le même type de soutien. Ce ne sera pas à la place du spectacle, mais ce sera une vitrine pour encourager les gens à quitter la télé et aller dans les salles de spectacle. L'idée que le service public puisse avoir une chaîne culturelle, c’est quand même une très, très belle histoire." répond Michel Field.

Une histoire qui ne fait que commencer. La chaîne est encore "en chantier" comme le dit Michel Field : "On a plein d'idées. D'abord, il faut événementialiser davantage la chaîne. Il va falloir, à un moment donné, peut-être faire des semaines thématiques, se mettre aussi au service d'événements culturels. On a commencé à le faire avec le lancement du Festival Séries Mania par exemple. On sait qu'on va aller au Festival de Cannes parce que France Télévisions en est désormais le partenaire. C'est sans doute l'équipe de Culturebox qui va assurer les émissions quotidiennes. On va faire une opération au moment du Festival d'Angoulême de la BD. Et puis s’ouvrir davantage encore à tous les aspects de la pop culture : le street art, la mode, tout ce qui est pulsion créative dans le pays." souligne Michel Field.

Manque de moyens

Reste que Culturebox a de faibles moyens : autour de 20 millions d'euros. Et aucune rallonge n’est prévue pour le moment. Pas de mesures d’audience non plus, c’est un choix de France Télévisions : "On a décidé de ne pas se soumettre à la petite religion de l'audimat. Non pas que les audiences ne soient pas bonnes, mais on ne voulait pas avoir cette pression-là parce que sinon ça ne sert à rien de lancer quelque chose d’un peu expérimental. C'est un luxe de pouvoir s'affranchir de la mesure d'audience. On ne va pas y recourir tout de suite." déclare Michel Field.

Pour fêter son 1er anniversaire, Culturebox propose une semaine spéciale : par exemple une soirée Jean-Louis Aubert mercredi 2 février et jeudi l’émission  Bâtiment B animée par Oxmo Puccino, avec Soprano et Imany.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.