Cet article date de plus de dix ans.

M6 fait le grand écart entre divertissement et information

écouter (5min)
On termine notre tour d'horizon des nouveautés de la rentrée, avec ce soir un gros plan sur M6. La chaîne, comme toutes ses concurrentes, présentait hier sa saison 2011-2012. Et l'ambiance était fort légère, car c'est plutôt une période faste pour M6. _ Chronique assurée par Céline Asselot
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

M6 a connu un très bon été, le meilleur depuis 2007, notamment grâce à l'énorme succès de "l'Amour est dans le pré". Et la rentrée est placée aussi sous de très bons auspices : hier soir, par exemple, la chaîne s'est payée le luxe de battre trois records d'audiences. Tout d'abord, le "19.45", le journal de la chaîne, a atteint pour la première fois 3,2 millions de téléspectateurs. A titre de comparaison, le 20h de France2 est descendu cette semaine autour de 4 millions de personnes. Ensuite, la série "Scènes de ménages" a rassemblé 3,9 millions de téléspectateurs, un autre record. Le programme est devenu un pilier de la programmation de la chaîne. Et puis le film "le petit Nicolas" a été carrément la meilleure audience pour un film français sur M6 depuis la création de la chaîne, en 1987 quand même... Donc, vous l'imaginez bien, le président de la chaîne Nicolas de Tavernost ne cache pas sa satisfaction et il a donné une feuille de route plutôt ambitieuse à ses troupes, notamment en ce qui concerne le journal télévisé. "Il nous a demandé d'être le journal le plus regardé d'ici 3 ans" note Bibiane Godfroid, la directrice des programmes de M6.

Pour le reste, M6 va faire du M6 cette année : des émissions de télé-réalité, des émissions qui donnent la parole aux "gens qui vivent les situations" et non pas aux experts. Les poids lourds de la chaîne sont toujours là, comme "Capital", même si Thomas Sotto a remplacé Guy Lagache parti chez Direct 8. Et puis, c'est aussi cette année le retour de Marc-Olivier Fogiel, un habitué de la chaîne, qui présentera le dimanche midi un magazine d'interviews et de débats.

  • Cinq journaux européens et américains signent un communiqué commun pour dénoncer les méthodes de Wikileaks

    Ce qui est d'autant plus intéressant, c'est que ce ne sont pas n'importe quels journaux... Il s'agit du Guardian, du New York Times, de Der Spiegel, d'El Pais et du journal Le Monde. Tous les cinq étaient partenaire de Wikileaks. Ils ont publié l'année dernière, on s'en souvient, des télégrammes diplomatiques secrets américains que le site wikileaks avait réussi à se procurer. Ces télégrammes avaient été triés, sélectionnés, expurgés aussi des informations les plus sensibles, des noms des personnes qui auraient pu être mises en danger par la publication de ces documents confidentiels. Aujourd'hui, coup de théâtre, Wikileaks annonce avoir publié sur son site l'intégralité des télégrammes en sa possession - il y en a plus de 250.000 quand même. Et les journaux crient au scandale, affirmant que ces documents n'ont pas été expurgés et que c'est une décision irresponsable.

  • L'affaire Mediapart rebondit aujourd'hui

    Il pourrait y avoir une nouvelle plainte dans cette affaire. Il faut rappeler que le journaliste de Mediapart Fabrice Arfi a clairement identifié la personne qui aurait proféré des menaces de mort à son encontre : il s'agit du dirigeant d'une société d'intelligence économique. Et ça pourrait avoir un lien, selon le journaliste, avec l'affaire Karachi, l'affaire de vente d'armes sur il enquêtait au moment où il a reçu ces menaces. Nous avons pu contacter cet homme aujourd'hui : il nie les faits qui lui sont reprochés et il annonce sa volonté de porter plainte pour dénonciation calomnieuse.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.