Julie Gavras, réalisatrice de "Cherchez la femme" : "Je voulais comprendre les mécanismes de disparitions de femmes marquantes de l’Histoire"

écouter (94min)

Julie Gavras signe avec Mathieu Decarly et Olivier Marquézy une nouvelle serie d’animation intitulée "Cherchez la femme". 30 portraits de femmes marquantes qui ont changé le cours de l’histoire mais ont disparu des manuels.

Article rédigé par
Laurent Valière - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La réalisatrice et documentariste Julie Gavras, à Séville en novembre 2011. (RAUL CARO / EFE / MAXPPP)

Après son documentaire en 2020, Les bonnes conditions, qui suivait sur une période de 13 ans huit jeunes bien nés du 7e arrondissement de Paris, Julie Gravas entame sa première série d’animation : 30 portraits de femmes méconnues et invisibilisées par les historiens. Le dispositif de chaque épisode réalisé en animation en volume est toujours le même : "On a ce livre d'histoire qui s'ouvre et une silhouette en papier qui se détache, qui est la silhouette de cette femme, mais qui se détache vraiment de la page puisqu'elle elle n'est pas dedans."

"Et là s'engage effectivement une discussion avec un narrateur historien plutôt très misogyne. Le dialogue se veut drôle."

Julie Gavras

à franceinfo

Au cours de cette série comique, Julie Gavras remet les pendules à l’heure : la bière inventée par Hildegarde de Bingen, la fiction au cinéma par Alice Guy, et l’ordinateur par Ada Lovelace. Pour Julie Gavras, il s’agit de mettre en évidence à chaque fois le processus qui a mené à l’invisibilisation des femmes.

L'idée de la série lui est venue à la lecture d’un article : "Je suis tombée dessus en mars 2017 dans un magazine américain qui s'appelle Mother Jones, et l'article s'intitulait 'Grâce à moi, cette salope est connue', qui est une phrase de Kanye West à l'encontre de Taylor Swift", explique-t-elle. "En fait, il prenait pour lui la gloire de Taylor Swift et à partir de là, l'article déclinait une dizaine de cas où les hommes avaient récupéré pour eux le travail de femmes. A commencer notamment, comme on le fait dans la série, par les femmes de Cro-Magnon pour lesquelles on ne s'est jamais dit que, peut être, elles avaient elles aussi peint les grottes".

Cherchez la femme : les 15 premiers épisodes sont disponibles gratuitement sur la plateforme d’Arte.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.