Julian Bugier, présentateur de "J'ai une idée pour la France" : "On n'a pas voulu se positionner sur des sujets marqués politiquement"

écouter (8min)

Le journaliste de France 2 anime jeudi 18 novembre l'émission spéciale "J'ai une idée pour la France" à 21h05. Parmi les experts présents sur le plateau, on retrouvera notamment l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Julian Bugier, présentateur de "J'ai une idée pour la France" sur France 2. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Mettre en avant des initiatives, donner la parole à ceux qui se bougent pour leurs semblables, c'est la volonté de cette émission spéciale proposée jeudi 19 novembre soir en prime time sur France 2. Julian Bugier évoque la structure de cette émission : "On a sélectionné huit porteurs d’idées, des Français et des Françaises qui sont des citoyens ordinaires qui viendront nous présenter leurs solutions pour France et qui répondront à sept problématiques du quotidien, comme par exemple le harcèlement scolaire avec le témoignage très fort d’une maman qui a perdu sa fille qui s’est suicidée." "On aura une porteuse d’idées, Justine Atlan, présidente de e-enfance, qui viendra nous expliquer que son idée pour la France c’est d’interdire les smartphones au moins de 15 ans, poursuit le journaliste. Ce sera le moment du débat avec les citoyens présents et nos experts. C’est ce type d’idées qu’on va faire émerger ce soir."

Quant à l'idée d'un tel programme, cette volonté de souligner l'altruisme et la solidarité, vient-elle des derniers mois vécus par les Français et notamment les deux confinements face à la pandémie ? "On a eu l’idée il y a plus de deux ans, et la crise sociale et sanitaire nous ont confortés dans l’idée que cette émission, il fallait absolument la faire parce qu’il y a plein d’initiatives qui sont portées dans les territoires et par les français. Des solutions concrètes aux problèmes du quotidien qui sont bénéfiques pour l’ensemble de la population et du pays et c’est à eux qu’on veut donner la parole", répond Julian Bugier.

Concret, local et concernant

L'émission est en tous cas vendue par France 2 comme "éloignée des grandes thématiques des débats entre politiques". Autrement dit, moins d'abstrait et plus de concret.

On n’a pas voulu se positionner sur des sujets marqués politiquement, clivants : l’immigration, la sécurité, l’insécurité… qui saturent aujourd’hui l’espace public, les chaines d’infos notamment.

Julian Bugier

sur franceinfo

"Il y a aussi tout un tas de sujets qui ne sont jamais traités : la situation du handicap, la cherté du prix de l’immobilier, la désertification médicale et des petits commerces qui concernent près de huit millions de Français", souligne Julian Bugier.

Comment s'assurer ensuite que l'interaction sera possible avec le public, et que ces idées n'en restent pas au stade de la présentation pour se traduire dans notre quotidien ? Julian Bugier nous répond que : "En parler c’est déjà important. On part d’une proposition très concrète d’un citoyen, un 'porteur d’idées', ensuite il y a un débat qui s’instaure avec 100 citoyens présents en plateau qui pourront interagir. Et puis, un bureau des experts qui sont des personnalités, qui seront des 'ingénieurs en faisabilité', ils nous diront si ces solutions sont applicables au plus grand nombre."

À chaque fois on va progresser dans l’idée, il s’agit de trouver un consensus à la fin du débat. Et pourquoi pas d’en faire une boite à idées dans laquelle pourront venir piocher les candidats à l’élection présidentielle.

Julian Bugier

à franceinfo

Avec cette émission et celle présentée avant-hier par Faustine Bollaert, Les temps changent, France 2 donne en tous cas l'impression de vouloir se rapprocher des Français et de renouer un lien avec le public. Lien qui s'était perdu ? "C’est l’enseignement de la crise des Gilets jaunes, des Français qui ont eu le sentiment qu’on ne parlait pas assez d’eux et d’une partie de la France qui ne se retrouvait pas dans la manière dont on racontait l’actualité. Donner la parole aux citoyens c’est aussi une manière de se réconcilier avec les Français", conclut Julian Bugier.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.