Info médias, France info

Info Médias. La représentation des femmes est en "net progrès" mais encore "insuffisante", selon le CSA

38 % de femmes contre 62 % d'hommes dans les médias audiovisuels. Selon le dernier rapport du CSA, publié mercredi, les femmes ne sont toujours pas assez représentées, malgré des progrès.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Sylvie Pierre-Brossolette, membre du CSA en charge de la représentativité des femmes, le 14 janvier 2013, à Paris. 
Sylvie Pierre-Brossolette, membre du CSA en charge de la représentativité des femmes, le 14 janvier 2013, à Paris.  (PATRICK KOVARIK / AFP)

À l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le CSA dresse un constat : il n'y a toujours pas assez de femmes dans les médias. Le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel a publié, mercredi 8 mars, son rapport annuel.

Seulement 38 % de femmes dans les médias audiovisuels

Les chiffres sont sans appel. Dans l'ensemble des médias audiovisuels, il y a 62% d'hommes contre 38% de femmes. Malgré la progression connue ces dernières années, on reste donc loin du compte. 

Le représentation des femmes dans les médias est toujours bien insuffisante, même si les progrès sont réels, reconnaît Sylvie Pierre-Brossolette, en charge de ce dossier au Conseil Supérieur de l'Audiovisuel. 

"Je me réjouis que tous les efforts fournis par la loi, par le CSA, par les chaînes elles-mêmes - qui sont donc obligées de faire des déclarations - aient porté des fruits, tempère Sylvie Pierre-Brossolette. Finalement, en s'observant soi-même, en se comparant, on se dit qu'il faut quand même faire des progrès, être les meilleurs." 

Des efforts à faire sur le taux d'expertes

Le plus gros souci est le taux d'expertes dans les médias audiovisuels, même si lui aussi a progressé. "Il y a 4 ans, ça tournait autour de 16/20 %, remarque la membre du CSA. Cette année c'est autour de 30 %", pousuit la membre du CSA, qui relativise ce progrès : "évidemment ce n'est que 30 %". Autre chiffre, seulement 32 % des invités politiques sont des femmes. 

La symbolique est lourde, parce que dans les médias, les experts représentent "les sachants, ceux qui ont de la compétence et qui sont légitimes pour parler". "Si les seules personnes qui ont la compétence pour analyser une situation sont des hommes, comment voulez-vous que les filles et les garçons de ce pays se disent que les femmes ont une légitimité ?", dénonce alors Sylvie Pierre-Brossolette.

il faut absolument redresser cette situation et montrer que les femmes aussi sont légitimes pour parler de tous les sujets, et pas simplement d'éducation ou de santé

Sylvie-Pierre Brossolette, membre du CSA

à franceinfo

Par ailleurs, dans son rapport, le CSA nomme les bons et les mauvais élèves. La télévision est plus paritaire que la radio. Le Conseil note ainsi qu'en l'absence d'images, "on est moins enclin à mettre des femmes à l'antenne".

Autre différence, le service public est plus paritaire que les médias privés. TF1 et Canal+ comptent 30 % de femmes à l'antenne, toutes catégories confondues, contre 43 % à France 3, par exemple.

Le CSA donne enfin un bon point aux chaînes d'information en continu où les femmes sont plus représentées parmi les journalistes. 

Sylvie Pierre-Brossolette, membre du CSA en charge de la représentativité des femmes, le 14 janvier 2013, à Paris. 
Sylvie Pierre-Brossolette, membre du CSA en charge de la représentativité des femmes, le 14 janvier 2013, à Paris.  (PATRICK KOVARIK / AFP)