Cet article date de plus de six ans.

Info médias. L'avocat de Mathieu Gallet est persuadé qu'il sera "relaxé en appel" : "Ce dossier est vide"

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) se réunit mercredi afin de statuer sur le sort du PDG de Radio France Mathieu Gallet, condamné en première instance à un an de prison avec sursis pour favoritisme à l'époque où il présidait l'INA. Son avocat estime qu'il sera relaxé en appel. 

Article rédigé par franceinfo, Célyne Baÿt-Darcourt
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Maître Christophe Ingrain, avocat de Mathieu Gallet.  (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel doit se prononcer mercredi 17 janvier sur l'avenir de Mathieu Gallet à la tête de la maison ronde, au surlendemain de sa condamnation en première instance à un an de prison avec sursis pour favoritisme à l'époque où il présidait l'INA. Son avocat maître Christophe Ingrain estime que Mathieu Gallet n'a "aucune raison de démissionner" étant donné qu'il a fait appel de sa première condamnation. "Nous avons fait appel de la décision du tribunal correctionnel de Créteil, ses effets sont donc suspendus. La Cour d'appel, lorsqu'elle statuera, réexaminera la totalité du dossier. Il n'y a pas de condamnation à l'heure où on parle, cette condamnation ne figure pas sur son casier judiciaire. Il n'y a aucune raison qu'il démissionne."

Cette première condamnation est lourde mais elle n'existe pas

Me Christophe Ingrain

sur franceinfo


Le président du CSA Olivier Schrameck écartait jusqu'à présent l’idée d'évincer Mathieu Gallet, arguant que si condamnation il y avait, elle ne serait pas définitive puisque délivrée en première instance. Seulement depuis, la ministre de la Culture Françoise Nyssen, dans un entretien au Monde, a demandé à Mathieu Gallet de "tirer les conséquences" du jugement, estimant que son maintien était "inacceptable". "Je ne sais pas si elle outrepasse ses droits, rétorque Me Christophe Ingrain, mais je sais qu'elle dit des choses qui sont fausses et qui sont d'ailleurs sanctionnées par la Cour de cassation. On ne peut pas dire que quelqu'un est condamné alors qu'il a fait appel. C'est une violation de la présomption d'innocence."


"Cette première condamnation est lourde mais elle n'existe pas, ajoute l'avocat. Si je ne pensais pas qu'il allait être relaxé en appel, je ne serai pas là. Je suis persuadé qu'il va être relaxé en appel. Ce dossier est vide. La Cour d'appel de Paris a davantage l'habitude de ce type de contentieux très technique, je n'ai aucun doute que les arguments présentés devant la Cour d'appel conduiront à la relaxe de Mathieu Gallet."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.