Info médias, France info

Info médias. Fabrice Bousteau : "Beaux Arts est un mensuel pédagogique, facile à lire mais exigeant"

Le 400e numéro du magazine "Beaux Arts" est le premier de sa nouvelle formule.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Fabrice Bousteau, rédacteur en chef de \"Beaux-Arts Magazine\".
Fabrice Bousteau, rédacteur en chef de "Beaux-Arts Magazine". (RADIO FRANCE / JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT)

Le magazine Beaux Arts sort son 400e numéro et en profite pour présenter sa nouvelle formule. Son rédacteur en chef, Fabrice Bousteau assume une forme de continuité. "Tout change et rien ne change. Beaux Arts est victime de son succès, avec 400 000 lecteurs et près de 65 000 exemplaires vendus chaque mois. C'est difficile de changer une formule qui gagne."

Pas de grands bouleversements dans cette nouvelle formule, mais des rubriques et des pages en plus, précise Fabrice Bousteau : "C'est un peu comme dans la vie quotidienne, ce n'est pas mal de ranger ses placards parfois, d'aller remettre un coup de peinture. La dernière fois, c'était il y a cinq ans. Au bout de cinq ans, on repeint son appartement. Là, on range et on a gardé les recettes qui marchent mais on a ajouté de nouvelles rubriques et augmenté le nombre de pages. Il faut en donner plus au lecteur. La tendance de la presse est de réduire économiquement et donc on réduit ce qu'il y a à lire. Ça ne marche pas, car on a tous envie de lire davantage."

Parmi les nouvelles rubriques figure celle qui allie art et cuisine, "La recette de l'art d'Alain Passard". "Chaque mois, on donne un tableau de l'histoire de l'art ou bien de l'art contemporain au chef étoilé. Et à partir de ce tableau, il propose une recette facilement réalisable. On peut tous faire du Alain Passard chez soi !"

'Beaux Arts', c'est un magazine pédagogique, facile à lire, mais avec du contenu et qui s'adresse à tout le monde

Fabrice Bousteau

sur franceinfo

Fabrice Bousteau, rédacteur en chef de \"Beaux-Arts Magazine\".
Fabrice Bousteau, rédacteur en chef de "Beaux-Arts Magazine". (RADIO FRANCE / JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT)