Hugues Nancy, réalisateur de "Il était une fois Marseille" : "La moitié des Marseillais ne sont pas nés à Marseille"

écouter (8min)

Dans "Il était une fois Marseille", Hugues Nancy raconte Marseille des Grecs à aujourd’hui. Sa mixité, son caractère indépendant, ses plusieurs vagues d’immigration, la pègre, la French connection, mais aussi son occupation par les nazis et sa culture particulière, faite de football et de rap. Le documentaire est diffusé mercredi 6 avril sur France 3.

Article rédigé par
Laurent Valière - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Hugues Nancy, réalisateur du documentaire : "Il était une fois Marseille". (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Clara Luciani se glisse dans la peau de la ville de Marseille et parle à la première personne dans ce documentaire. De la fondation par des Grecs à la construction des HLM dans le quartier nord, elle nous raconte 2 600 ans d’histoire, marqués d’abord pour les nombreuses vagues d’immigration comme l’explique Hugues Nancy :  "Au début du XXe siècle, il y a 100 000 Italiens. Soit un Marseillais sur quatre. Il y a plusieurs vagues, la première la plus importante ce sont les Italiens, qui construisent la ville sous Napoléon III. S’ajoutent les Arméniens, les juifs, les Russes blancs. Et une nouvelle vague avec la fin des colonies dans les années 60."

Marseille sera toujours rebelle, et souvent l’État se méfiera de la ville à commencer par Louis XIV : "Au début de son jeune règne, il veut prendre le pouvoir à Marseille, envoie 7 000 soldats , arrache les canons , détruit la porte principale et fait construire le Fort Nicolas dont les canons sont tournés à la fois vers l’extérieur pour protéger la ville et vers l’intérieur au cas où ces Marseillais si indépendants voudraient se rebeller."

Le choix pour raconter cette histoire s’est fait naturellement : "Comme Marseille était l’héroïne du film, je me suis dis : faisons raconter Marseille par Marseille, comme une déesse de 2 600 ans immortelle. Et pour que ce choix fonctionne, j’ai voulu faire un pas de coté, et j’ai choisi Clara Luciani qui a passé son enfance à Septème-les-Vallons en bordure des quartiers nord et qui a une très belle voix."

    

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.