Christelle Brua, nouvelle jurée dans "Le meilleur pâtissier" : "Je peux encore apprendre des choses"

écouter (8min)

La cheffe pâtissière de l'Élysée est la nouvelle recrue du jury du concours culinaire de M6 dans sa version professionelle.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Christelle Brua, cheffe pâtissière de l'Élysée et nouvelle jurée dans l'émission du Meilleur patissier sur M6. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

À 44 ans, Christelle Brua occupe le poste prestigieux de cheffe pâtissière de l'Élysée depuis 2019. Un an plus tôt, elle avait été désignée meilleure pâtissière de restaurant du monde. C’est donc une très belle prise pour M6 et son concours Le meilleur pâtissierLes professionnels, qui complète magnifiquement son jury déjà composé de Pierre Hermé et Cyril Lignac. La 5e saison démarre jeudi 23 juin, avec sept binômes en compétition. "J’ai tout de suite accepté parce que je connais Cyril Lignac depuis très longtemps, que c’est une très belle émission, et que j’avais aussi envie d’apprendre aux côtés des candidats", explique Christelle Brua.

"Ce sont de grands techniciens, qui abordent les sujets différemment. Certains thèmes m’auraient peut-être mis mal à l’aise comme celui du fromage qu’il fallait associer à une pâtisserie. Ils s’en sont très bien sortis et on a fait de très belles découvertes. Ça prouve que je ne sais pas tout et que je peux encore apprendre des choses."

Christelle Brua

à franceinfo

Pendant 16 ans, elle a travaillé au Pré Catelan, avec le chef triplement étoilé Frédéric Anton. C’est là qu’elle a mis au point son dessert signature : une pomme verte en sucre soufflé, crème glacée caramel, cidre et sucre pétillant. "Avoir un dessert signature, c’est le Saint Graal pour chaque pâtissier, raconte Christelle Brua. C’est notre quête à tous. Mais c’est beaucoup de travail. J’ai mis plus d’un mois pour le mien. Entre la pensée qu’on a du dessert et sa réalisation, il y a un fossé !"

C’est avec une immense fierté que Christelle Brua œuvre désormais au palais présidentiel, "la plus belle maison de France !" Elle est à la tête d’une brigade de cinq personnes, dont trois femmes. Preuve que les choses évoluent, même si la cuisine reste un monde majoritairement masculin : "Quand j’ai commencé il y a 25 ans, il n’y avait pas de femmes ou très peu en cuisine. J’étais une des premières à devenir cheffe pâtissier. Aujourd’hui, dans ma brigade, les femmes sont majoritaires. Sur cinq personnes, trois sont des femmes. Et elles ne sont pas présentes parce que ce sont des femmes, mais parce qu’elles sont compétentes."

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.