Info culture, France info

"Vie sauvage" : film de cavale et mélodrame familial

Le nouveau film de Cédric Kahn, "Vie sauvage", avec Céline Sallette et Mathieu Kassovitz, est inspiré d'un fait divers récent, l'affaire Xavier Fortin, du nom de cet homme qui, suite à un divorce douloureux, a soustrait ses deux fils à la garde de leur mère et a vécu avec eux pendant plus de 10 ans dans la clandestinité.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(© Le Pacte)

En s'inspirant de ce faits divers, Cédric Kahn signe un film à la fois lumineux et tragique, ce qui fait sa force. Il nous embarque dans un film de cavale tout d'abord, presque un western, baigné d'une très belle lumière naturelle, dans lequel le père et les enfants vivent, comme il le disent, une "vie d'indiens", libre et souvent joyeuse, loin des normes d'une société que le père rejette. Mais Vie sauvage est aussi un mélodrame familial, ponctué de scènes de ruptures violentes, de scènes de révolte aussi quand vient le temps pour ces enfants devenus de jeunes adultes de questionner cette fuite qui leur est imposée. Et de ces contradictions, de ces tiraillements permanents, nait une tension à la fois poignante et passionnante.

A LIRE AUSSI ►►► "Le film reste fidèle à notre histoire" selon les frères Fortin 

Il y a 13 ans, avec "Roberto Succo", Cédric Kahn s'était déjà inspiré d'un fait divers, l'histoire vraie de ce tueur en série qui avait défrayé la chronique en Italie et en France dans les années 80. Si, cette fois encore, il s'inspire de personnages réels, d'un fait divers hors norme, c'est , dit-il, parce qu'il y a dans ces histoires matière à explorer la nature humaine et à soulever des questions qui finalement nous préoccupent tous. 

"On peut dire que ce père impose son mode de vie à ses enfants mais, dans le fond, on impose tous notre mode de vie à nos enfants, ce qui nous renvoie à des questions fondamentales." 

"Finalement, quand on rentre dans un fait divers, on s'approprie l'histoire de quelqu'un d'autre explique le réalisateur du film, Cédric Kahn. Ce qui est assez beau, c'est qu'on devient soi-même un enquêteur. Moi, plus je suis rentré dans cette histoire, plus je me suis dit "c'est ça" et puis "non c'est plutôt ça". Qu'est-ce que c'est que d'être père, d'être mère, d'être parents, en général? Effectivement, on peut dire que ce père impose son mode de vie à ses enfants mais, dans le fond, on impose tous notre mode de vie à nos enfants, ce qui nous renvoie à des questions fondamentales. Ce qui est troublant aussi, c'est de voir ce père faire l'école lui-même et dire que, dans la nature, il apprend plus de choses à ses enfants que l'école de la république. On est troublé. On ne se dit pas qu'il a forcément raison mais cela créé un trouble. C'est sans fin en fait."

(© Le Pacte)