Info culture, France info

"Splendid’s" de Jean Genet à Orléans : quand le théâtre et l’actualité se télescopent

C'est inévitable quand un événement violent écrase l'actualité, on en voit des échos partout et notamment dans la production artistique. "Splendid's", pièce de Jean Genet mise en scène par Arthur Nauzyciel à Orléans, bien involontairement fait penser à la prise d'otages de Vincennes vendredi dernier.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Splendid's © lemonde.fr)

 "Splendid's" c'est la dernière fois en 1948, que Jean Genet parle des criminels, il l'écrit en prison, où pour s'évader, il imagine, comme dans un film hollywoodien, une bande de gangsters en fin de cavale, cernés par la police dans un hôtel de luxe, avec des otages.

Pas évident pour les artistes la semaine dernière quand ils finalisaient le spectacle, pour le public aussi, faire abstraction des images télé qui résonnent encore en nous et suivre ce qu'on voit sur scène. La pièce est montée en anglais, avec d'extraordinaires comédiens américains et un français. Ils ont tous une arme à la main et on se concentre sur le texte de Genet, qui imagine que cette bande de paumés, cherche une fin "élégante", qu'ils ne fassent pas ce qu'on attend d'eux, se comporter en barbares, sensation d'autant plus forte chez le spectateur que c'est en fait en temps réel, on assiste à leurs derniers instants, pour Arthur Nauzyciel c'est évidemment très théâtral.

Le metteur en scène et ses acteurs pris dans ce télescopage avec l'actualité ont du se mettre à l'abri de la violence du pouvoir hypnotique des images et sortir de la torpeur qui nous a tous envahi pour jouer, parce qu'ils sont faits pour ça et que oui, il faut continuer à vivre, à jouer.

"Splendid's" de Jean Genet, mis en scène par Arthur Nauzyciel au théâtre d'Orléans jusqu'au 16 janvier, à Tours la semaine prochaine puis en tournée à partir d'avril.

En savoir plus sur la pièce Splendid's

(Splendid's © lemonde.fr)