Info culture, France info

Obey envahit Paris

Depuis son affiche pour la campagne de Barack Obama en 2008 avec le slogan "hope", espoir, Obey est devenu le street artist le plus connu au monde. Shepard Fairey, de son vrai nom, est à Paris : il sort un livre, expose et dévoile deux nouvelles fresques murales dans le XIIIème arrondissement.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(L'immense mappemonde earth crisis installée en 2015 par Obey sous la Tour Eiffel © MaxPPP)

Shepard Fairey, alias Obey, est un peu chez lui à Paris, en 2012 la mairie du XIIIème lui offre un premier mur de 40 mètres, l'année dernière c'est sous la tour Eiffel pendant la Cop21 qu'il installe une immense mappemonde bleu océan "earth crisis", la terre en crise, c'est aussi sur ce même thème de la défense de l'environnement, le titre du magnifique livre objet que publie Albin Michel. Depuis 25 ans, Obey est sur tous les fronts: la rue où il a débuté, le business, son nom est une marque fétiche pour la jeunesse, les galeries d'art contemporain et depuis 25 ans son style se perfectionne.

Shepard Fairey emprunte au pop part, au constructivisme soviétique, à la culture hippie, il détourne, moque les travers de l'époque, son art a du punch, de l'humour. Son but, toucher le plus grand nombre, pour éveiller les consciences, mettre de la poésie dans le quotidien des villes, quel que soit le support.

Une Marianne hommage à la France 

Dans le XIIIème arrondissement, temple du street-art, Obey dévoile deux nouvelles fresques murales: une Marianne hommage de l'artiste à la France et son mandala bleu, plaidoyer pour la planète. L'expo est à la galerie Itinerrance, chez le génial Mehdi Ben Cheikh, qui avait enchanté le quartier avec l'opération tour 13.

Le livre-objet  earth crisis est édité chez Albin Michel.

(L'immense mappemonde earth crisis installée en 2015 par Obey sous la Tour Eiffel © MaxPPP)