Info culture, France info

"Histoire de J." de Jeanne Cherhal

La chanteuse livre, à travers ce cinquième album, un disque d'amour et de piano, une ode à la femme libre et un bel exercice de style pour pianiste fougueuse, inspiré par ses détours chez Véronique Sanson.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

La jeune chanteuse a évidemment cheminé, ici, sur les traces
de son ainée, Sanson période 1972, puisque Jeanne Cherhal s'est attelée en
2012, pour les 40 ans de la sortie de l'album Amoureuse , à la reprise
entière du disque, le temps d'un concert. Exercice marquant : à force de
préparer ce concert hommage, elle a retrouvé l'amour... de son instrument de
base : le piano, devenu la charpente de ce disque, et qui en a aussi donné
toute la direction.

"A force de travailler les titres d' Amoureuse
pendant six mois tous les jours, je n'en suis pas sortie indemne.
Inconsciemment, j'étais forcément imprégnée de son groove pianistique, de ses
grosses basses à la main gauche."

Comme Sanson armée de son piano, Jeanne Cherhal livre ici, à
son tour, un album d'amoureuse passionnée.

Dans Histoire de J. , la "J" en question est
un peu Jeanne mais pas trop, un double qui brouillerait les pistes : un
personnage flamboyant et sensible qui a une très haute idée de l'amour, inspiré
de la trempe de grandes chanteuses qui n'ont jamais eu peur d'être aussi de
grandes amoureuses, de Sanson à Barbara.

Mais pour ajouter sa pierre à l'édifice, Jeanne Cherhal a
aussi glissé dans cet album -terriblement romanesque - son écriture piquante,
féminine, voire carrément féministe (Quand c'est non c'est non , Noxolo ),
au vocabulaire frontal, parfois joyeusement érotique (Cheval de feu ), le
tout avec l'audace et les paradoxes d'une femme amoureuse de son temps, oscillant
entre la guerrière libre et la petite chose fragile.

(©)