Info culture, France info

Casting de rêve pour Ivanov de Tchekhov à l'Odéon

C'est la pièce à voir en ce moment à Paris. Marina Hands, Michal Lescot, Victoire Dubois, Marcel Bozonnet, Ariel Garcia Valdes et bien d'autres, dirigés par Luc Bondy.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Marina Hands et Ariel Garcia Valdes, photo de répétition © Thierry Depagne ©)

18 comédiens à l'unisson pour ce texte qui est le premier grand succès de Tchekhov, avant La mouette , Les trois sœurs , Oncle Vania , La cerisaie . Pièce piège pour un metteur en scène: d'abord parce que beaucoup tombent dans le tragique extrême, mais Luc Bondy est expert dès lors qu'il s'agit de voir le comique dissimulé. Enfin pièce qui laisse une terrible liberté à celui qui la monte: Tchekhov en écrit deux versions, dans l'une Ivanov meurt foudroyé par une insulte, dans l'autre il se suicide.

On est dans la Russie de la fin du 19ème siècle, entre deux époques, entre deux théâtres aussi, le classique et le moderne, avant la psychanalyse Tchekhov écrit l'histoire d'une dépression, d'un burn out, celui d'Ivanov, 45 ans, riche, puissant, courtisé, il ne sait plus, il doute de tout et l'auteur excelle dans la complexité de l'âme humaine. Luc Bondy aussi et il a choisi pour le rôle-titre Micha Lescot, c'est leur cinquième collaboration, le jeune comédien passe encore un cap, incroyable d’aisance, de justesse et de profondeur.

Marina Hands, dont la carrière au théâtre est aussi riche qu'au cinéma, est Anna, la femme d'Ivanov, femme malade, victime d'un antisémitisme "banal" qu'Ivanov va délaisser pour la jeune Sacha. C'est le premier Tchekhov de Marina Hands qui s'est magnifiquement laissée embarquer par l'art de la complexité de Luc Bondy. Le metteur en scène s’appuie sur une traduction d’Ivanov qui le rend terriblement actuel, la dépression de ce personnage insaisissable révèle le caractère égocentré de ce mal quand il touche les hommes et la fascination qu’elle exerce chez les femmes.

"Ivanov" de Tchekhov, mise en scène Luc Bondy au théâtre de l'Odéon à Paris jusqu'au 3 mai.

(Marina Hands et Ariel Garcia Valdes, photo de répétition © Thierry Depagne ©)