Ils ont fait l'actu, France info

Que devient le dissident chinois Liu Xiaobo ?

Que devient le dissident chinois Liu Xiaobo ? Le prix Nobel de la paix 2010 emprisonné depuis décembre 2008 a été condamné à 11 ans réclusion. Il avait fait circuler une pétition pour demander la fin du parti unique. Il est toujours incarcéré dans la prison de Jinzhou à un peu plus de 300 kms au nord est de Pékin

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(© Sipa Press)

Sans aucun régime de faveur. Il est en cellule avec plusieurs personnes : des condamnés de droits commun mais dans des conditions plutot bonnes par rapport à celle que connaissent d'autres prisonniers en Chine selon l'universitaire et sinologue francais Jean-Philippe Beja .  

Il n'est pas maltraité selon Human Right Watch. Il peut même faire du jardinage de temps en temps, seule activité qui lui est permise dans ce centre pénitentiaire.Ses visites se limitent à celles que sa femme est autorisée à lui rendre : 1/2 heure une fois par mois et c'est tout  ! Il ne peut pas voir d'avocat 

Sa femme Liu Xia est elle-même assignée à résidence dans sa maison à Pékin

Un régime qui se serait un peu assoupli depuis quelques semaines. Elle peut maintenant circuler un peu plus librement au moins dans la capitale chinoise.Jean-Philippe Beja qui obtient régulièrement des nouvelles d'elle affirme qu'elle vit avec beaucoup de difficultés cette situation.  

Les chinois n'ont aucune nouvelle    

La seule fois où la presse a parlé de lui c'était à l'époque de sa condamnation pour subversion. Le pouvoir chinois adopte depuis la stratégie de l'oubli . Et même si de temps de temps certaines personnalités politiques chinoises s'interrogent sur l'opportunité de libérer le prix Nobel de la paix  pour donner une meilleure image de leur pays. La presse étrangère ne peut évidemment communiquer directement avec Liu Xiaobo ou sa femme. Hors de Chine Liu Xiaobo n'est pas totalement oublié.Au mois juin, des élus americains ont émis l'idée de rebaptiser la rue de l'ambassade de Chine à Washington à son nom.En revanche en France pas grand chose en dehors des associations de défense des Droits de l'HommeHuman Right Watch rappelle que Nicolas Sarkozy et Francois Hollande n'ont jamais prononcé son nom devant des officiels chinois.       

(© Sipa Press)