Ils ont fait l'actu. Alexis Pinturault, champion de ski, étoffe son palmarès et prépare les JO de Pékin

écouter (5min)

Sébastien Baer revient sur les événements marquants de l'année. Et ce sont ceux qui les ont vécus qui les racontent. Lundi 9 août, retour sur les derniers mois de folie du champion de ski Alexis Pinturault qui ne compte pas manquer son rendez-vous olympique aux Jeux d'hiver de Pékin.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Alexis Pinturault, skieur. (SEBASTIEN BAER / RADIO FRANCE)

20 mars 2021. À Lenzerheide en Suisse, Alexis Pinturault remporte la 34e course de sa carrière et termine premier du classement général de la Coupe du monde de ski alpin. Le jour de ses 30 ans, le Savoyard décroche ainsi le gros globe de cristal qui récompense le meilleur skieur dans les quatre disciplines : descente, géant, Super G et slalom. "Là, il y a un peu toutes les émotions qui arrivent en même temps, c'est-à-dire du relâchement, beaucoup de bonheur et beaucoup de joie."

Je pense que je peux dire que je suis fier de moi aujourd'hui. Je pense que si je ne le dis pas aujourd'hui, je ne le dirai pas souvent dans ma vie

Alexis Pinturault

sur franceinfo

Cinq mois après son sacre, Alexis Pinturault poursuit sa préparation physique et les tests de matériel sur les hauteurs du lac d'Annecy. Dans quelques jours, il retrouvera ses skis et reprendra l'entraînement sur les glaciers suisses. En remportant la Coupe du monde de ski, le trophée le plus prestigieux du ski alpin, Alexis Pinturault rejoint Jean-Claude Killy, Luc Alphand et Michèle Jacot.

"On a tous des objectifs dans une vie, des envies de réussir dans certains domaines et ça, ça en faisait partie. Dans ma carrière, j'avais envie de pouvoir aller chercher ce gros globe et concrétiser ce rêve. Ça a forcément été un moment relativement important dans ma vie, mais aussi et surtout dans ma carrière de sportif", commente celui qui est désormais l'homme à battre.

"Il est clair que je suis l'homme qui est aux avant-postes, l'homme qu'on a envie de dépasser. Je serai le grand favori l'année prochaine, automatiquement. J'étais déjà parmi les grands favoris, maintenant, je serai le favori et ça change légèrement. Mais dans ma manière de voir les choses, on va rester relativement simple dans le sens où il faudra prendre de toute manière les courses comme elles viennent".

Les références : Killy et Alphand


De plus en plus, Alexis Pinturault est comparé à ses aînés Jean-Claude Killy et Luc Alphand. "Ce sont des grands noms du ski. Jean-Claude, c'est bien entendu une autre génération. Même Lucho (Luc Alphand, ndlr), c'est une autre génération. Mais c'est des grands noms du ski, ceux qui ont fait l'histoire de notre sport. Je suis très heureux de pouvoir aussi mettre mon petit nom, même si ce n'était pas l'objectif quand j'ai commencé ce sport et que j'ai commencé le ski alpin. Je peux dire que je suis fier d'avoir pu accrocher mon nom à côté des leurs." 

À 30 ans, Alexis Pinturault espère ne pas encore avoir atteint le sommet de sa carrière. "J'espère pouvoir encore monter quelques mètres. C'est mon objectif et maintenant pour le concrétiser il va falloir essayer de progresser et de s'améliorer mais ça va se jouer sur du détail, ça va être infime. Et ce sont ces petits détails infimes qu'il va falloir aller chercher pour pouvoir éventuellement encore s'améliorer".

Prochaine étape : les JO de Pékin


Pour la saison prochaine, Alexis Pinturault ne compte pas manquer son rendez-vous olympique aux JO d'hiver de Pékin. Peut-il tenter de décrocher à la fois l'or olympique et un nouveau gros globe ? "C'est conciliable parce que d'autres l'ont déjà fait par le passé, mais c'est extrêmement difficile. Et ça va dépendre aussi des calendriers. À l'heure actuelle, à l'heure où on se parle au milieu de l'été, j'ai envie de donner la priorité à l'or olympique. Mais il faut voir comment le calendrier de la saison est fait. Le calendrier est généralement entériné fin septembre et la saison commence fin octobre. Ça nous laissera un mois de réflexion pour savoir quels choix on fait et vers quoi on s'oriente".

En ces mois d'été, Alexis Pinturault est déjà en train de préparer la prochaine saison d'hiver. "L'entraînement recommence généralement aux alentours de la mi-mai. On finit l'hiver mi-avril, on finit complètement les courses tout début avril, fin mars. Derrière, par contre, on a quelques tests de matériel, on prépare déjà la saison à venir, la saison future. Et puis, on prend un mois de break et derrière ce mois de break, on attaque l'entraînement physique. Et après on retourne sur les skis", souligne Alexis Pinturault.


Le skieur reprendra la compétition en octobre, à Sölden, en Autriche, à l'occasion de la première manche de la Coupe du monde de ski. Avec 34 victoires dont 18 en géant, un titre mondial en combiné et donc désormais un gros globe de cristal, Le sportif peut maintenant attendre sereinement les Jeux olympiques de Pékin, l'an prochain, pour compléter son palmarès.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ils ont fait l'actu

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.