Cet article date de plus de huit ans.

Bientôt la fin des sacs en plastique des caisses de supermarchés?

écouter (10min)
Bientôt la fin des sacs plastiques aux caisses ? La commission européenne fait tout pour restreindre leur utilisation dans les magasins. Bruxelles ne fait qu'emboiter le pas à l'Italie qui a littéralement interdit les sacs plastiques depuis 2011...
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

Chaque européen consomme en moyenne 500 sacs plastiques par
an. Et pourtant ces
bouts de plastiques mettent des siècles, une éternité à se dégrader dans la
nature, quand on ne les retrouve pas aux confins des estomacs des poissons et
des oiseaux. Le sac plastique, symbole de notre société du
" jetable " pose des problèmes à notre environnement, à nos paysages
et aussi à la Commission européenne. Une grosse épine dans le pied de Bruxelles
qui souhaite réduire leur consommation de 80 %.

Le projet de la Commission européenne  

Elle compte bien laisser le choix aux Etats de décider entre
interdiction, restriction ou taxation. En Europe, on s'en doute, il y a les
bons et les mauvais élèves.

Par exemple, l'Irlande a réussi à réduire de 92%,
l'utilisation des sacs en caisse en même pas un an, grâce à sa taxe plastique.
L'Italie, elle,  a totalement banni  ces sacs des supermarchés. Quant à la Finlande.
Alors là, c'est impressionnant, les finlandais n'utilisent que 4 sacs plastiques
par personne dans l'année.

Prise de conscience en France

On constate de véritable changement d'habitude de
consommation. Il y a dix ans, au supermarché, c'était normal de repartir, le
caddy remplie de sacs plastiques. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas : 8
personnes sur 10 en France privilégient les grands cabas pour faire leurs
courses.  

Une véritable prise de conscience qui vient aussi du fait
que les sacs en caisse sont désormais payants. Et même pour les producteurs de
plastique comme la société Elipso, la France est entrain de dire bye-bye aux
sacs jetables en caisse.

 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.