Hyper revue de presse, France info

Un souvenir birman

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Avec un souvenir dans la presse...

Le souvenir oui parce que c'est déjà du passé...
C'était pourtant il y a seulement quelques jours : après le brouhaha des manifestations pour la liberté en Birmanie, le Silence...
Silence on tue, silence on torture, silence on fait disparaître...

En Birmanie, après le début de révolte, c'est le temps de la répression...
Silence parce que les généraux birmans ont bouclé le pays.
Contre le silence qui tue l'espoir de liberté des Birmans, la Croix consacre ce matin un grand reportage à Aung San Suu Chi... Prix Nobel de la paix en 91... toujours en résidence surveillée, condamnée au silence et prisonnière dans sa maison à Rangoon depuis des années. Même silencieuce, elle est toujours l'âme vivante de la résistance, c'est le titre de la Croix.

Daniel Burns, l'envoyé spécial de la Croix nous raconte comment elle subit la pression de la junte militaire qui veut la neutraliser, la paralyser, la réduire à néant... faute de pouvoir la tuer car son prestige reste immense en Birmanie...

Dans la presse anglaise, l'Independent racontait déjà hier matin la vengeance de la junte après la révolte, les hurlements qu'on entend la nuit à Rangoon et les moines qui disparaissent des monastères, ou encore ces voitures de militaires qui passent dans les rues en faisant diffuser ce sinistre message par haut-parleurs : on a vos photos on va venir vous arrêter.

Et que fait l'ONU ? L'ONU ne condamne pas, l'ONU déplore... déplore les tortures, les disparitions, la censure... Ce n'est donc pas condamnable, seulement déplorable, c'est la mollesse de l'ONU titre le Parisien...

Dans Le Monde, c'est une tribune qui tente de nous alerter à la Une, elle est signée d'une brochette d'intellectuels... La Birmanie retombe dans la nuit, la nuit qui sert de décor angoissant à des exactions atroces qu'on ne verra jamais, des intellectuels comme André Glucksmann ou Philippe Sollers qui demandent à Nicolas Sarkozy d'en finir avec l'aveuglement sur ce qui se passe en Birmanie, d'en finir avec l'aveuglement sur le sort de ces innocents frappés, brûlés, étranglés, dont le seul tort est de rêver de vivre, comme nous, dans une démocratie.

Alors un message pour le comité Nobel, s'il hésite encore pour le Nobel de la paix qui sera remis ce matin, pourquoi pas un deuxième Nobel de la paix pour l'âme de la Birmanie, celle qu'on compare à Nelson Mandela et Gandhi rappelle la Croix, Aung San Suu Chi... toujours en prison et deux fois nobélisée, ce serait un beau message et une belle première...

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)