Cet article date de plus de neuf ans.

Tunisie : le rappeur qui dérange

écouter (15min)
Un appel en faveur d'un rappeur tunisien inquiété par la police dans son pays. Et Politis passe au bimedia
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Un appel en faveur d'un rappeur tunisien inquiété par la police dans son pays : il est signé de notre consoeur de France Info, Hind Medeb, dont on entend la chronique "Itinéraires" tous les dimanches. Un appel publié dans Libération , avec le soutien d'autres musiciens, dont Oxmo Puccino et Joey Starr.

Ce rappeur s'appelle Weld El 15, il risque la prison, parce qu'il a mis en ligne sur Youtube un clip qui fait polémique en Tunisie. Les explications d'Hind Medeb, en direct de Tunisie.

Du nouveau pour Politis : un hebdomadaire citoyen, militant, engagé à gauche, le titre du numéro de la semaine résume d'ailleurs la ligne Politis , avec un dossier consacré à "cette gauche qui veut changer de cap". On avait reçu la direction de Valeurs Actuelles ,
quand l'hebdomadaire qui est lui résolument de droite avait changé de
formule il y a quelques mois. Cette fois, c'est à gauche que ça se
passe, avec du nouveau sur le papier, mais surtout du côté d'Internet. Politis se lance dans le bimedia en renforçant son site politis.fr. Les explications de Denis Sieffert, directeur de Politis .

Deux chiffres trouvés dans la presse, pour deux tendances : la nostalgie et l'avenir...

Nostalgie : le retour du vinyle. On sait qu'après avoir failli disparaître, il revit grâce aux mélomanes. Le Point publie des chiffres de ventes aux Etats-Unis qui sont très parlants. Une curiosité : les ventes de vinyle explosent. Elles ont plus que triplé depuis 2002, on est même passé de 300 000 exemplaires vendus en 1993 à près de 5 millions l'an dernier.

Deuxième tendance, et là c'est l'avenir, c'est ce qu'on appelle le "cloud", le nuage informatique...

Le stockage des données numériques dans des serveurs à distance, et non plus dans son ordinateur personnel ou professionnel. Tendance qui se développe à vitesse grand V. Avec un a-côté qui devient de plus en plus préoccupant : la consommation d'électricité de ces centres informatiques géants. Ces chiffres-là sont dans Le nouvel Observateur .

Les machines à laver consomment de moins en moins d'électricité, mais le réseau Internet lui se transforme en monstre énergétivore. Si le "nuage mondial" était un pays, il atteindrait déjà selon Greenpeace le cinquième rang mondial au vu de sa consommation électrique. Des besoins qui devraient encore être multipliés par trois d'ici 2020.

En France, la petite centaine de data centers, ces fermes de serveurs alignés pour stocker des milliards de données, consommerait déjà près de 9 pour cent de toute l'électricité disponible.

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.