Hyper revue de presse, France info

Questions sur l'agenda du président-candidat

L'Hyper revue de presse ce matin avec Anne-Elisabeth Lemoine, Julien Moch, Jean Leymarie et Jérôme Bouvier, le médiateur de Radio France.

(©)

L'interview de Nicolas Sarkozy dans Le Figaro Magazine

Cette interview n'est pas encore en kiosque (elle
parait demain) mais elle est largement commentée. La presse souligne le double
coup de Nicolas Sarkozy : coup de barre à droite et coup d'accélérateur.
"Sarkozy quasi-candidat" titre la Croix, reste à savoir quand. A
priori dès la semaine prochaine, prévoit le Figaro. Le Parisien avance la date
du 15 ou du 16. Pour Libération ce sera autour du 20. Olivier
Picard des DNA met tout le monde d'accord : "Mais c'est fait ! tranche
l'éditorialiste, qui voit la visite du chef de l'Etat à Fessenheim comme "un
prologue de campagne
." Dans la même veine, pour Jacques Camus, de la
République du Centre, cette déclaration de candidature est un
"non-événement que l'Elysée aura aussi mal géré que son dernier
remaniement ministériel."

Un président
qui joue son va-tout avec ses propositions sur l'indemnisation du chômage, la
sécurité ou l'immigration. "Des thèmes très droitiers" écrit
Libération."Plus réac que jamais " s'emporte l'Humanité. Avec ces
deux référendums, écrit Xavier Panon dans la Montagne, Nicolas Sarkozy sait
qu'il peut "mettre le feu aux poudres ". Il assume et tente de siphoner le
vote Front national. Mais le Républicain Lorrain prévient : le scénario n'a de
chance d'aboutir "que si Marine Le Pen, faute de parrainages, n'est pas
qualifiée pour la présidentielle. Elle candidate
, écrit Philippe Waucampt, le
vote FN est irrécupérable."

A droite
toute, donc, ce qui ne choque pas le Figaro, l'un des rares journaux à défendre
le Chef de l'Etat. Son éditorialiste Paul Henri du Limbert répond aux
critiques. Selon lui, "avec son reférendum sur l'indemnisation des
chomeurs, Nicolas Sarkozy soulève la question de fond du maintien, ou non, de
l'État-providence. Et demander directement aux Français ce qu'ils en
pensent n'a rien de scandaleux."

Pepsi se met
à la diète pour tenter de concurrencer Coca

Le N°2 du
cola annonce la suppression de 8.700 postes à travers le monde. Cela représente
3% de l'effectif du groupe. PepsiCo veut économiser 1 milliard de dollars d'ici
deux ans. Dans le même temps, notent les Echos, le budget pub devrait augmenter
de 600 millions pour tenter de se relancer. Car la guerre du Cola est cruelle
pour PepsiCo, incapable de concurrencer Coca-Cola dans les rayons, comme en
bourse. A Wall Street, l'action du mastodonte a gagné 41% en 5 ans, pendant que
celle de l'outsider grignottait un timide 3%.

Dans cette
bataille de boissons à bulles, Orangina va tenter de changer la donne au
Japon. La marque française débarque dans les enseignes nippones le mois
prochain, après un lancement reporté en raison de la catastrophe de Fukushima.
Pour Orangina, c'est un marché énorme : les Japonais engloutissent 40 milliards
d'euros dans les boissons sans alcool chaque année.

Les chercheurs tiennent une nouvelle piste
pour doper notre mémoire

Le sujet nous fascine, écrit le Nouvel
Observateur dans son dossier consacré à cette machine cérébrale complexe.
L'hebdomadaire souligne d'ailleurs que l'oubli joue un rôle crucial. Cela nous
oblige à sélectionner les souvenirs qui nous construisent. Bref, celui qui se
souvient de tout serait aussi malade que l'amnésique. Ca n'empêche pas les scientifiques de
chercher à freiner la perte de mémoire. Un nouveau pas serait franchi avec les
travaux de neurologues américains, publiés hier dans le New England Journal of
Medicine. Ces chercheurs viennent de réussir à doper la mémoire de patients,
grâce à des stimulations électriques. 7 personnes atteintes d'épilepsie ont
servi de cobayes. On leur a implanté des électrodes sur une zone du cerveau,
qui sert de porte d'accès à la mémoire. Régulièrement, le cerveau est
stimulé électriquement pendant une phase d'apprentissage. Avec ce procédé, les
chercheurs constatent une amélioration de certaines capacités cérébrales, comme
une meilleure mémoire spatiale. Les résultats permettent de préciser les
zones du cerveau sur lesquelles agir, et pourraient ouvrir de nouvelles pistes
dans le traitement d'Alzheimer.

François
Fillon fait visiter son appartement de Matignon...

...mais pas
à n'importe qui! Le Premier ministre a ouvert les portes de son logement au
député René Dosière. Le chantre de la chasse au gaspi affirmait que François
Fillon habitait un 309 m², là où son prédecesseur Dominique de Villepin se
contentait de 90 m². D'après l'élu apparenté PS, la famille Fillon aurait fait
des travaux d'agrandissement sans les signaler. Le Premier ministre a donc
décidé de l'inviter à vérifier par lui même. Résultat de la visite : René
Dosière fait amende honorable, écrit Libération. L'appartement a été agrandi au
fil du temps, mais pas sous Fillon, rapporte le député, qui va même plus loin.
Pour lui, ce logement est fait "de bric et de broc ", il est indigne
du Premier ministre d'une grande puissance. Mea culpa salué par le principal
intéressé sur son blog, François Fillon remercie René Dosière pour son
honnêteté.

(©)