Hyper revue de presse, France info

Petites retraites : "la grosse manip"

Les petites retraites touchées par la réforme, contrairement aux promesses du gouvernement. Il sera plus difficile de contester après une perte de points sur son permis. Et si nous étions tous Martiens sans le savoir ? Et la présentation de la nouvelle grille de France Info qui entre en vigueur lundi prochain

(©)

Une question qui revient ce matin dans la presse : qui va
vraiment payer pour la réforme des retraites ? Libération a refait les comptes,
et dénonce une manipulation...

"La grosse manip", c'est le gros titre de Libération... Le quotidien
rappelle l'une des promesses de François Hollande : ne pas toucher aux petites
pensions. Pourtant, selon Libération, tous les retraités, même les plus
modestes, même les bénéficiaires du minimum vieillesse, seront concernés et
vont bel et bien perdre du pouvoir d'achat.

Explication selon Libération : le décalage de la date de revalorisation des
pensions. Date déjà reportée depuis 2009 du 1er janvier au 1er avril. Avec la
nouvelle réforme, la date de revalorisation va passer au 1er octobre.
Officiellement comme l'affirme Jean-Marc Ayrault, un simple
"décalage"...

Pas vraiment souligne Libération. Car la mesure reviendra concrètement à priver
les retraités chaque année de la revalorisation de six mois de pensions.
Exemple : l'an prochain, avec une inflation à 2 pour cent, un retraité avec une
pension de 1200 euros par mois touchera 144 euros de moins. Même chose l'année
suivante. Une mesure loin d'être indolore, et loin d'être négligeable : elle
devrait même contribuer de façon importante à l'équilibre recherché pour 2020,
en rapportant 600 millions d'euros dès l'an prochain et 1 milliard 4 en 2020.

Une décision du gouvernement passée complètement
inaperçue cet été, elle concerne pourtant beaucoup de monde...

Oui, comme l'écrivent Les Echos, il fait décidément de moins en moins bon
perdre des points sur son permis... Surtout pour qui s'estime être dans son bon
droit. A partir du 1er janvier, en cas de contestation, il n'y aura de fait
quasiment plus de possibilité de faire appel d'une décision défavorable du
tribunal administratif. Le Figaro explique aussi comment  les
automobilistes se retrouvent privés d'appel en cas de contentieux : avec une
extrême discrétion, en pleine torpeur estivale, le 15 août, un décret a mis fin
à la voie d'appel pour l'ensemble du contentieux du permis de conduire.
Décision qui entre donc en vigueur le 1er janvier. A partir de cette date, des
milliers de jugements contestés ne pourront plus prendre le chemin des cours
administratives d'appel.

Ce sera le cas pour tous les dossiers de pertes de points et de permis
invalidés ou suspendus. Techniquement, un conducteur qui voudrait malgré tout
faire appel n'aura plus qu'une seule possibilité, aller devant le Conseil
d'Etat, procédure tellement lourde et coûteuse qu'elle en devient dissuasive
pour une simple affaire de points de permis. Pour des associations d'avocats et
de magistrats, cette nouvelle donne met en place une justice à deux vitesses,
et décidément, les automobilistes ne sont pas traités comme  n'importe
quels justiciables.

Alors pourquoi cette décision ? Apparement pour désengorger les cours d'appel.
Dernière précision des Echos et du Figaro, les automobilistes ne sont pas les
seuls concernés, car le décret s'applique aussi à tout le contentieux social,
autrement dit contester le retrait de son aide personnalisée au logement ou de
son RSA, ou encore en appeler à la loi Dalo sur le droit au logement opposable
pour bénéficier d'une HLM, tout ça va devenir quasi mission impossible. Une
mesure présentée par les associations comme un recul du droit, et dénoncée
d'autant plus vivement qu'elle touche les personnes déjà parmi les plus
démunies.

Tout autre chose, la vie sur Terre pourrait avoir une origine martienne...

Les petits hommes verts n'existent pas, mais les vrais Martiens, c'est nous. C'est une hypothèse et seulement une hypothèse, mais pas si farfelue, puisque c'est celle de Steven Benner, un chercheur renommé. Il s'en est expliqué cette semaine devant une très sérieuse conférence scientifique en Italie. D'après lui, les conditions de vie sur Terre il y a 4 milliards d'années n'étaient pas favorables à l'apparition de la vie, il manquait des ingrédients dans le cocktail. Des ingrédients chimiques qui se trouvaient en revanche sur Mars.

Alors dans son scénario, c'est une première forme de vie primitive sur Mars qui aurait été transportée vers la Terre par une météorite éjectée de Mars à l'occasion d'un gros impact. De telles météorites venues de Mars sont très rares, mais on a en déjà effectivement retrouvé sur Terre.

L'idée n'est pas nouvelle, mais le chercheur américain apporte une nouveauté à l'appui de sa thèse, la présence désormais prouvée sur Mars d'éléments chimiques pouvant justement contribuer à l'apparition de la vie. Donc voilà, vous ne le saviez pas, mais vos ancêtres étaient peut-être bien des petits hommes verts...

La nouvelle grille de France Info : c'est à partir de lundi. Présentation de leurs nouvelles émissions par Jean-Christophe Martin (le 5-6 et le 7 heures), Céline Bayt-Darcourt (le 6-8) et Fabienne Sintès (le 8-10).

 

 

(©)