Cet article date de plus de neuf ans.

Le retour de la "blanche"

écouter (15min)
Saint-Christol, le village privé d'internet. Une dangereuse tendance marseillaise : le retour de l'héroïne. Egalement au sommaire, ces médecins étrangers devenus indispensables au système de santé et François Hollande en Allemagne : un président "complètement normal" et l'occasion d'apprendre un mot d'allemand : "Karamellpudding".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Franceinfo (Franceinfo)

 

A la une :

"Les médecins étrangers : on ne peut plus s'en passer". Egalement au sommaire : le "Karamellpudding", le village déconnecté et l'objet insolite du jour dans la presse, le calendrier de l'Avent pour chat.

La France va chercher ses médecins à l'étranger...

Les médecins étrangers, on ne peut plus s'en passer, c'est la Une du Parisien et d'Aujourd'hui en France... Notre système de santé leur doit beaucoup : en 2010, un nouveau médecin sur quatre avait obtenu son diplôme à l'étranger. Des médecins étrangers devenus indispensables pour lutter contre les déserts médicaux et pour permettre à tous les Français de se soigner.

Ils sont actuellement 5000 dans les hôpitaux publics, pour près d'un tiers ce sont des Roumains, ils sont installés surtout dans la moitié nord de la France. Le Parisien précise aussi que c'est en Picardie, la région du ministre de la Santé Xavier Bertrand, que le taux d'étrangers parmi les nouveaux médecins est le plus élevé : 44 pour cent.

Le Parisien-Aujourd'hui en France prend l'exemple d'Argentan dans l'Orne, malgré son superbe hôpital, une ville sinistrée sur le plan sanitaire : plus de gynéco, plus d'ORL, un seul pédiatre sur le départ... Quant à l'ophtalmo pour s'occuper du nouveau service à l'hôpital, il a fallu faire appel à un cabinet spécialisé pour trouver la perle rare, c'est un spécialiste roumain. Coût d'un recrutement qui n'a plus rien d'exceptionnel : 20 000 euros... La facture est salée, mais l'hôpital a son ophtalmo.

Invitée de l'hyper revue de presse : Cécile Bonneau , rédactrice en chef adjointe des hors séries de Sciences et Vie, avec un numéro consacré à l'anniversaire de la conquête du Pôle Sud et à l'avenir de l'Antarctique sur fond d'enjeux écologiques.

La chronique d'Anne-Elisabeth Lemoine : le concours d'idées plus ou moins loufoques des stations de sports d'hiver pour attirer et occuper les vacanciers.

 

La revue de presse et du Web

 

 

 

 

Internet, on ne peut plus s'en passer...

Internet indispensable jusque dans les plus petits villages... Signe des temps numériques : à Saint-Christol, village ardéchois de 112 âmes, la grogne monte contre l'opérateur Orange. Depuis un mois, le village est déconnecté, privé d'internet par une panne sur le réseau.

Un village coupé du monde, car certains habitants n'ont plus de ligne fixe et dépendent aussi de la Toile pour téléphoner ou pour recevoir la télé. Certains sont aussi au chômage technique comme cette habitante qui vend ses châtaignes et ses chevaux sur internet... Plus d'internet, adieu châtaignes et chevaux... Saint-Christol, le village déconnecté, tout un symbole, et pour ceux qui ont encore internet, c'est à lire sur le site du Dauphiné libéré.   

A la une de la presse, il y a aussi ce matin deux "spécialités" marseillaises...

D'abord la kalachnikov : après la récente série de fusillades sanglantes à Marseille, elle est à la Une du Dauphiné libéré, de Vaucluse matin, de la Marseillaise. c'est aussi la Une de Libération, les journaux s'interrogent sur la vogue de cette arme de guerre chez les voyous...

Une autre "spécialité" à la Une de la Provence : le retour de la "blanche"... La Provence qui s'inquiète face à ce qui semble devenir une dangereuse tendance. L'héroïne, nouvelle mode des soirées chics.

L'héroïne avait pourtant quasiment disparu des trottoirs marseillais depuis la fin des années 80, après avoir causé des centaines de morts, la voilà qui refait surface notamment dans les salons du milieu festif alternatif. On y fait la "chasse au dragon", c'est le nom du rituel qui consiste à respirer des vapeurs d'héroïne chauffée sur une feuille d'aluminium.

Le retour de la "blanche", tendance réelle selon la Provence, même si elle est encore limitée. Un spécialiste des stups reste d'ailleurs prudent : il rappelle dans la Provence que les trafiquants sont d'abord des commerçants, et même si c'est un commerce très spécial, là aussi dit-il tout est question de marketing. Pour l'instant, il constate que les trafiquants hésitent encore à se lancer massivement dans l'héroïne par peur de ne pas écouler le stock. Ces "commerçants" avisés restent pour l'instant sur les valeurs sûres dans leur business, autrement dit le cannabis et la cocaïne. En attendant de voir s'il y a un vrai "marché" pour la "blanche"...

A la une aussi ce matin, le sommet franco-allemand...

"Sommet de crise pour sauver l'euro" annonce le Figaro. La Croix ironise : sommet franco-allemand puis sommet européen dans la foulée,"allez, nous voilà repartis pour une semaine cruciale", une de plus, dans la lutte des Européens contre la crise...

Pendant que Nicolas Sarkozy et Angela Merkel se retrouvent à Paris, François Hollande lui est en Allemagne où "Herr Hollande va tenter de se faire un nom", c'est le titre de l'article du Parisien...

Pas facile pour François Hollande, il aura du mal à rivaliser avec Franck Ribéry, le Français le plus célèbre d'Allemagne. Le magazine Der Spiegel a fait le portrait d'un Hollande en président "complètement normal", plein d'humour mais manquant de charisme, astucieux, mais difficile à comprendre.

Au fait vous savez ce qu'on appelle en Allemagne un "Karamellpudding" ? ... Le magazine Stern s'est donné la peine de traduire le surnom qu'Arnaud Montebourg aurait attribué à François Hollande. C'est l'occasion d'apprendre au moins un mot d'allemand, un Flanby, ça donne en allemand "ein Karamellpudding"...

La presse à la Une

 

 

 

 

A la Une de la Provence : le retour de la "blanche", l'héroïne blanche, enquête signée Laetitia Sariroglou. La Provence s'inquiète face à ce qui semble devenir une dangereuse tendance. L'héroïne, nouvelle mode de certaines soirées chics. L'héroïne avait pourtant quasiment disparu des trottoirs marseillais depuis la fin des années 80, après avoir causé des centaines de morts, la voilà qui refait surface notamment dans les salons du milieu festif alternatif.

 

 

 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.