Cet article date de plus de huit ans.

La liberté de la presse, menacée aussi par la dictature de la crise

écouter
La Journée internationale pour la liberté de la presse. La gestion de l'Institut Pasteur épinglée par un rapport sévère de l'IGAS. Et le médiateur de Radio France
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

C'est aujourd'hui la Journée internationale pour la liberté de la presse : une
journée pour alerter sur les difficultés d'informer, défendre
l'indépendance des médias et rendre hommage aux 88 journalistes morts
l'an dernier dans l'exercice de leur profession.

D'autres sont
en prison : ils sont 175 journalistes emprisonnés pour avoir tenté de
faire leur travail dans le monde, auxquels il faut ajouter 156 blogueurs
incarcérés également pour avoir voulu informer.
Des cas extrèmes,
mais aujourd'hui, d'autres menaces planent sur la liberté de la presse,
notamment la précarisation des journalistes et la crise économique. Explications avec Christophe Deloire, le secrétaire général de Reporters sans Frontières .

Un rapport sévère pour l'Institut Pasteur : l'Institut Pasteur, c'est la plus emblématique des fondations pour la recherche. Elle recueille 50 millons d'euros par an et dispose d'un patrimoine estimé à près d'1 milliard d'euros. L'Institut Pasteur est-il bien géré ? C'est l'Inspection générale des affaires sociales qui s'est penché sur cette question ultra-sensible, et son rapport est dévoilé ce matin dans Le Figaro .

Un rapport qui peut sembler en effet très sévère selon le compte-rendu qu'en fait Delphine Chayet dans Le Figaro , avec des mots qui vont blesser au sein de l'Institut : on parle d'abus de confiance au préjudice des donateurs, de recours à des artifices comptables, et de concentration excessive du pouvoir à la tête de l'Institut.

La directrice générale de l'Institut Pasteur Alice Dautry répond à toutes ces critiques dans Le Figaro . Elle se dit "choquée" et même "très en colère et profondément blessée". Elle conteste formellement les conclusions d'un rapport qu'elle juge "erroné et malveillant".

Le rendez-vous avec le médiateur de Radio France Jérôme Bouvier : il répond aux questions des auditeurs sur le choix des "experts" appeler à commenter l'actualité économique sur France Info.

 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.