Hyper revue de presse, France info

Des hommes à la place des femmes dans les pubs pour dénoncer les clichés sexistes

Un clip contre le sexisme dans la publicité. Il y a trente ans, la découverte à Paris du virus du sida et un scénario qui fait remonter les premiers cas non pas aux années 1980 mais 1900. Et la semaine télé

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Une question en forme de provocation : et si on inversait les rôles des hommes et des femmes dans la publicité ?

Question posée par Quentin Girard sur le site next sur libération.fr. Comme il le rappelle, la réclame tombe parfois, et même souvent, dans des travers sexistes. Des pubs qui renvoient l'image de femmes soumises et un peu bêtes, et l'image d'hommes virils et dominateurs. Pour un cours sur la question du genre, trois étudiants d'une université canadienne ont eu l'idée d'inverser les stéréotypes. Le résultat, c'est une vidéo mise en ligne sur YouTube début avril et visionnée par plus d'1 million 300 000 internautes.

Dans la première partie, une compilation des pires images anciennes ou récentes où les femmes apparaissent comme des objets dédiés au plaisir des hommes. Des images qu'on a tellement l'habitude de voir qu'on n'y fait plus attention. Dans la deuxième partie de la vidéo, les mêmes séquences, mais les femmes sont remplacées par des hommes, dans des poses alanguies, ou filmés façon clip de mode ou pub pour un parfum.

Allez voir, vous comprendrez tout de suite, le résultat est évidemment grostesque, et ça en dit beaucoup plus qu'un long discours sur l'absurdité des clichés et des ressorts sur lesquels ces publicités fonctionnent pour formater l'esprit des consommateurs. En conclusion de ce travail, nos étudiants rappellent que les grandes agences de pub dépensent plus de 5 milliards de dollars chaque année pour vous dire comment vous devez penser. A voir donc ce clip anti-pub, pour recommencer à penser tout seul...

Un anniversaire : il y a trente ans, le virus du sida, le VIH, était identifié par une équipe française à l'Institut Pasteur...

Les premiers cas de sida avaient été décrits deux ans plus tôt aux Etats-Unis. Le début d'une épidémie mondiale... Le début, pas tout à fait, car une information du Figaro donne un autre éclairage... Aujourd'hui 34 millions de personnes sont atteintes du sida à travers le monde... Et on estime qu'en trente ans, le sida a fait 30 millions de morts... L'apparition de la maladie est associée au tout début des années 80, avec les premiers cas américains, puis les découvertes des professeurs Luc Montagnier et Françoise Barré-Sinoussi à l'Institut Pasteur il y a 30 ans.

Or Damien Mascret dans Le Figaro décrit un autre scénario qui nous amène à Brazzaville en 1931. Un jeune médecin colonial consigne les résultats de sa première autopsie. A peine arrivé dans ce qu'on appelle à l'époque le Moyen-Congo français, le chirurgien a décidé de rechercher la cause d'une mystérieuse maladie qui frappe les ouvriers du chemin de fer Congo-Océan, une ligne qui doit relier Brazzaville au port de Pointe-Noire. Plus de 500 kilomètres d'un chantier exténuant, dans la chaleur tropicale et à travers des forêts sauvages.

Notre jeune médecin envoie ses résultats d'autopsie à l'Institut Pasteur, et au lieu de trouver les agents pathogènes habituels, on ne trouve rien, rien pour expliquer des symptômes qui ressemblent à ce qu'on appellera bien plus tard le sida. Dans le cas particulier de ce chantier de chemin de fer, on estime que la prostitution qui se développait en marge du chantier a dû faciliter la diffusion du VIH.

C'est ensuite que différents travaux permettront de situer l'apparition des premiers cas de sida chez l'homme non pas dans les années 1980, mais aux alentours des années 1900, en Afrique.

Une maladie qui ne concernait à l'époque que quelques dizaines à quelques centaines de cas. Avant de devenir la plus grande pandémie du XXème siècle après la grippe espagnole.

Ma semaine télé avec Erwan
Pastol :
"Crash aérien, l'enquête inédite", (ce lundi soir à 20h50
sur France 4), "La Confrérie - enquête sur les Frères musulmans"
(mercredi à 22h15 sur France 3). Et après une première très décevante, la
deuxième de "Un air de star" (à 20h50 sur M6).

(©)